Mort de la petite Hyana: la mère et son compagnon devant les assises du Cher

A partir de ce lundi 18 janvier et jusqu'au 27, cinq membres de la famille de la petite Hyana, décédée à six ans en janvier 2018, sont jugés à la cour d'assises du Cher.

De nombreux accusés s'échinent encore à démontrer leur innocence, n'hésitant pas à intimider parfois leurs co-accusés.
De nombreux accusés s'échinent encore à démontrer leur innocence, n'hésitant pas à intimider parfois leurs co-accusés. © France 3 Centre-Val-de-Loire

La cour d'assises du Cher jugera jusqu'au 27 janvier, les proches de la petite Hyana, décédée à six ans en janvier 2018 des suites de mauvais traitements. Les jurés devront se prononcer sur la culpabilité de cinq accusés, tous de la famille de la fillette, impliqués à des degrés divers dans son décès. La mère de l'enfant et son compagnon encourent une peine de réclusion à perpétuité.

Il y a d'abord le conjoint, Hamza Boussalmi, âgé de 24 ans au moment des faits. Après avoir passé la majeure partie de sa vie d'adulte en détention, il est accusé d'avoir porté le coup fatal le 29 décembre 2017 et d'avoir multiplié les coups, morsures et autres mauvais traitement sur l'enfant. "Mon client conteste une grande partie des faits. Il conteste la plupart des blessures les plus importantes", assure son conseil, Me Georges Parastatis. "Tout mettre sur le dos de mon client serait vraiment injuste", estime l'avocat parisien, pointant le rôle de la mère.

Une mère "sous l'emprise d'un concubin violent"

Cette dernière, Noémie Poman, âgée de 22 ans au moment des faits, est accusée de complicité de torture ou actes de barbarie ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il lui est notamment reproché de n'avoir rien fait pour protéger sa fille. La justice l'accuse même d'avoir tenté de masquer les coups reçus par l'enfant en la déscolarisant et en mettant en échec les mesures de placement judiciaire, décidées trois mois avant les coups fatals. 

"Ni les services sociaux ni les services de police n'étaient parvenus à retrouver l'enfant, sa mère ayant manifestement fait tout son possible pour s'y soustraire", avait expliqué le procureur de la République de Bourges Joël Garrigue au moment de l'enquête. La jeune femme expliquera avoir agi notamment pour protéger son compagnon, déjà condamné par la justice pour des vols avec violence, et aussi par crainte de représailles.

Au moment du drame, le petit frère de la victime, avait, lui, déjà été confié aux services du conseil départemental du Cher. L'avocate de la mère, Me Delphine Debord-Guy, espère que le procès rétablira le rôle de sa cliente, en abandonnant l'accusation de complicité, pour les seules qualifications de non-dénonciation de mauvais traitements et non-assistance à personne en danger.


"Je peux comprendre que l'on puisse vilipender une femme qui n'a pas protégé son enfant, mais ça, c'est la morale, l'opinion publique, et ça s'arrête aux portes du palais de justice", estime Me Debord-Guy. "Elle n'a jamais été complice. Elle n'a jamais participé aux mauvais traitements. Elle aimait son enfant", insiste l'avocate, évoquant "une jeune femme fragile qui manque (...) d'autonomie, très immature" et "sous l'emprise d'un concubin violent".

Fausse identité et fuite

L'affaire avait éclaté au terme d'un ultime mensonge, le 30 décembre 2017, lorsque la fillette, dans le coma, avait été déposée à l'hôpital de Bourges. L'enfant, "qui présentait de multiples ecchymoses, ainsi que des traces de morsure, de brûlures et un hématome sous-dural compressif", décèdera une quinzaine de jours plus tard, après avoir été transférée à l'hôpital pédiatrique de Tours.

Lors de son admission aux urgences, la mère s'était présentée sous un faux nom, avant de prendre la fuite avec son compagnon. Une cavale de courte durée, puisqu'ils avaient été interpellés quelques jours plus tard à Toulouse. La mère et la soeur du compagnon, qui accompagnaient Noémie Poman à l'hôpital, sont, elles, accusées de non-dénonciation de mauvais traitement sur mineur de quinze ans. L'un des frères est en outre accusé de non-assistance à personne en danger.

Plusieurs associations de protection de l'enfance se sont constituées parties civiles, dont La Voix de l'enfant.  "Il y a eu une ordonnance de placement, mais elle n'a jamais pu être exécutée. L'enjeu de ce procès, c'est de comprendre comment on pourrait pallier certaines défaillances des services judiciaires et sociaux", estime l'avocate de l'association, Me Diane Massenet.

 

En janvier 2018, France 3 Centre-Val de Loire avait diffusé ce reportage lors de la mise en examen de la famille de la petite Hyana :

5 janvier 2018 : Hyana, une fillette de six ans, hospitalisée en urgence absolue à Tours


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers famille