Bannière résultats municipales

Municipales en Centre-Val de Loire : comment faire campagne pour le second tour pendant l’épidémie ?

28 juin. Ce sera la date à laquelle les électeurs se rendront aux urnes, pour le second tour des élections municipales. Ces élections, dont la tenue a largement fait débat. Mais comment faire campagne en pleine épidémie de Covid-19 ? Nous avons posé la question aux candidats de Bourges (Cher).

La campagne électorale du second tour des élections municipales est chamboulée par la crise sanitaire et sociale
La campagne électorale du second tour des élections municipales est chamboulée par la crise sanitaire et sociale © PHOTOPQR/SUD OUEST/MAXPPP
Des meetings interdits. Des rassemblements de plus de 10 personnes proscrits, au moins jusqu’au 21 juin prochain … La campagne du second tour des élections municipales qui démarre le 15 juin prochain s’annonce inédite. 

La candidate Divers Gauche Irène Félix qui s’est alliée avec Yann Galut (PS-EELV-LFI-PCF), ne se voit pas faire « campagne masquée » : « Je pense que la question de la distanciation est clairement plus efficace. La question, c’est : quels rassemblements ?  J’avoue que je n’ai pas encore vraiment trouvé la réponse. Nous allons nous installer dans des points où l’on va pouvoir croiser du monde. »
Il s’agirait surtout d’un retour au plus proche de la normale pour la candidate. « Nous reprendrons des activités, pas comme avant c’est certain, mais il faut reprendre. »

Yann Galut, lui, souhaite maintenir les « barnum », ces points de rendez-vous sous tentes, dans différents points stratégiques de la ville, mais avec des présences limitées. « Avant il y avait 10 à 15 personnes, il n’y en aura plus que 3 ou 4 qui respecteront évidemment les distances. »
Le candidat ne veut pas supprimer les rencontres physiques :

Nous imaginons aussi une campagne à vélo, avec des distances de sécurité à chaque contact. Nos militants et nos candidats seront masqués, on veut quand même pouvoir discuter. Cela peut évoluer dans les jours qui viennent.


Pour Philippe Mousny (LR), qui conduit la liste « Un pacte pour Bourges », « cela modifie complètement la campagne. »
Le candidat l’assure; il portera un masque : « Nous allons continuer le porte à porte, mais peut-être que celui-ci sera plus ciblé. »
 

Doit-on continuer à distribuer des tracts ? 


Pour Irène Félix, le support papier a tout de même du sens et permet de fixer les choses en n’étant pas dans l’éphémère. « Les tracts avec du contenu, ce n’est pas obsolète ! »

Son désormais acolyte, Yann Galut l’assure : « Il n’y aura pas de meetings, ni de réunions d’appartements, pas de distribution de documents de main à main, mais il y aura une distribution dans les boîtes aux lettres. »
Là encore, il faudra que les deux candidats désormais alliés sous une seule et même liste, trouvent un terrain d’entente. 

Pas de distribution de tracts pour Philippe Mousny (LR), « Cela ne veut pas dire que nous n’aurons pas de documents, mais nous préférons discuter avec les gens. Il y aura des petites réunions de rues, en respectant toutes les consignes liées au coronavirus. »
 

Se tourner vers le numérique 


La plupart des candidats se tourneront vers les réseaux sociaux. « Nous aurons une grosse campagne numérique, et des meetings virtuels », déclare Yann Galut. 
« Pour les meetings, nous imaginons une tribune avec une intervention de quinze à vingt minutes. Cela peut être aussi un dialogue avec une personnes qui mène une interview. »
Une aubaine pour Irène Félix, désormais son alliée, qui laisse volontiers sa place devant les écrans : « La politique spectacle, ce n’est pas mon truc, nous utiliserons les réseaux sociaux, c’est certain, mais selon moi, ça reste de l’entre-soi. »

C’était l’outil de communication très utilisé par Pascal Blanc, le maire sortant de Bourges (Cher), candidat qui conduit la liste « Passionnément Bourges ». Durant le confinement il a beaucoup échangé avec les Berruyers à travers des « live » sur Facebook notamment. 
Des directs qui, selon Philippe Mousney (LR) permettent « d’échanger et de donner la parole aux gens. »

Mais tout le monde n’a pas accès aux réseaux sociaux, et notamment les seniors. Là encore, les « barnum » permettront à chacun d’aller à la rencontre du public. 


Le Conseil scientifique publie ses recommandations 


Dans le contexte épidémique, le Conseil scientifique a publié un avis de treize pages, consacré aux « modalités sanitaires du processus électoral à la sortie du confinement ». 
« Dans le contexte épidémique, la campagne électorale doit être organisée dans le plus strict respect des préconisations sanitaires. Les règles générales édictées par le Gouvernement ou les préfets pour le mois de juin, en particulier en matière de rassemblements, limiteront les rassemblements et les possibilités de faire campagne. »

Le Conseil scientifique attire l’attention sur l’importance du respect des gestes barrières et de distanciation physique, s’agissant d’un contexte où les contacts sont appelés à se multiplier. « Dans un esprit de responsabilité, une attention particulière doit être portée aux échanges entre personnes, et aux moments de convivialité pendant la campagne électorale. » Le Conseil scientifique recommande le port du masque et d'une visière pour toutes les personnes participant à des opérations de campagne dans le « souci de les protéger. »
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections région centre val-de-loire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter