• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Nexter et KMW fusionnent pour créer un champion européen de l'armement

© F3
© F3

Un an après le début des négociations, le groupe Nexter, implanté notamment à Bourges (et détenu à 100% par l'état français) et le groupe allemand Krauss-Maffei-Weigmann fusionnent pour devenir le numéro un européen de l'armement terrestre

Par Ch.L avec AFP

Un an après le début des premières tractations, la fusion entre le groupe Nexter et l'entreprise bavaroise Kraus Maffei Wegmann (KMW) est en passe d'aboutir. L'accord définitif sera signé ce mercredi à Paris au ministère de la Défense, en présence du ministre français Jean-Yves Le Drian et du secrétaire d'Etat allemand Markus Grübel. 

Les deux groupes ont convenu d'apporter chacun la totalité de leur capital à une holding basée aux Pays-Bas, qui sera détenue à parité par Giat Industries (contrôlé par l'Etat français) et par la famille Bode-Wegmann, propriétaire de KMW.

Plusieurs "verrous administratifs" devront cependant être levés avant que cette holding puisse être créée, à commencer par la publication de la loi Macron, qui autorise la privatisation de Nexter, et du décret correspondant. L'opération devra aussi obtenir le feu vert des autorités de la concurrence de plusieurs pays.  Cette future entité, dont le nom n'a pas encore été choisi, permettra aux deux  constructeurs de "mutualiser leurs forces commerciales" et d'"avoir rapidement un catalogue commun", en attendant de développer ensemble de nouveaux armements d'ici quelques années.

Pas de conséquence sur l'emploi ? 

En France, les communistes, le Front national et une partie de la droite ont dénoncé durant le débat parlementaire sur la loi Macron un abandon de souveraineté, doublé de risques de suppressions d'emplois, dont s'étaient également inquiétés les syndicats. Les deux entreprises sont positionnés sur des créneaux industriels identiques notamment sur la construction de véhicules blindés. De taille équivalente, Nexter et KMW sont donc concurrents sur les mêmes marchés à l'étranger. 

Les deux groupes emploient environ 6.000 salariés au total, dont quelque 3.300 pour Nexter. Dans le Cher, les deux sites de Bourges et de la Chapelle-Saint-Ursin comptabilisent 800 salariés dont les intérimaires. 

Un champion européen de l'armement terrestre

L'alliance des constructeurs des chars Leclerc et Leopard donnera naissance à un groupe capable de rivaliser avec l'américain General Dynamics et le britannique BAE Systems. Elle permettra aussi de pérenniser l'activité de Nexter, principal fournisseur de l'armée française, dont la dépendance à la commande publique posait un problème de viabilité, avance une autre source. 

lire aussi Comment le mariage entre Nexter et Krauss-Maffei a été blindé

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus