Poursuite du mouvement de grève dans les cantines scolaires de Bourges

Une centaine d’agents de restauration scolaire de Bourges affirment ne pas pouvoir appliquer le protocole sanitaire par manque de personnel. Après un premier débrayage ce mardi 1er décembre 2020, les employés reconduisent leur mouvement social ce jeudi 3 décembre.
 
La centaine d'agents poursuit son mouvement social dans les 22 cantines scolaires de Bourges ce jeudi 3 décembre.
La centaine d'agents poursuit son mouvement social dans les 22 cantines scolaires de Bourges ce jeudi 3 décembre. © Alexandre Marchi/ MaxPPP
En souffrance depuis plusieurs années, près de 160 agents travaillant pour les 22 cantines scolaires de Bourges ont refusé de servir les quelque 2 000 élèves de la commune ce mardi 1er décembre. Animateurs, agents de restauration scolaire et agents du service de nettoyage dénoncent un cruel manque de personnel, les empêchant ainsi d’appliquer correctement le protocole sanitaire.

Réduire le nombre d’élèves

"Ces réclamations ne datent pas d’hier. Mais avec la crise de la Covid-19, c’est pire. Sur plus de 200 employés, 55 sont malades à cause du virus ou non, d’autres sont cas contacts et d’autres contraints de s’isoler en raison de leur fragilité", déplore Jacky Leiseing, secrétaire général de la CGT à Bourges.

De son côté, l’équipe municipale de Yann Galut, qui a rencontré les salariés et mis en place des ateliers pour résoudre la situation, assure comprendre leurs revendications. Dans un post Facebook, le maire de la ville affirme même avoir effectué "des recrutements massifs de remplaçants".
 "En dehors des recrutements, ce que l’on demande c’est une réduction du nombre d’enfants dans les cantines. Nous savons que c’est une décision difficile, mais la mairie pourrait très bien faire livrer des repas chauds aux familles des enfants, ou leur délivrer des bons d’achats. C’est soit ça, soit la Ville assume publiquement que nous ne pouvons pas appliquer le protocole en l’état", martèle Jacky Leiseing. Une solution écartée par le maire de Bourges, la considérant "extrêmement pénalisante pour les familles."

Nouveau point ce jeudi 3 décembre

Par ailleurs, le responsable syndical précise que la mairie n’est pas la seule responsable de cette situation : "Que fait l’Education nationale ? Elle laisse les collectivités se débrouiller seules !"

Les agents de restauration scolaire ont voté la reconduction de leur mouvement social ces jeudi 3 et vendredi 4 décembre, avec un débrayage opéré entre 11h30 et 12h30. La mairie a officialisé la fermeture des cantines pour jeudi, mais pas encore pour vendredi. Un nouveau point entre le maire et les employés sera d’ailleurs effectué un peu avant 14h ce jeudi.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire éducation société grève social covid-19 santé