Cher : un village berrichon accueille sa première naissance depuis 18 ans

Alicia Rondier est née le 16 septembre 2019. Un évènement à Cogny dans le Cher où la famille réside, car le village n’avait pas eu de naissance depuis 18 ans.
 

Un nouveau-né, image d'illustration.
Un nouveau-né, image d'illustration. © Damien Gautier / MaxPPP
"Elle a eu son petit cadeau à l’arbre de Noël mais c’était un peu elle le cadeau." Daniel Rondier, adjoint au maire de Cogny (Cher), n’est pas peu fier quand il évoque la naissance de sa petite fille, Alicia Rondier, née le 16 septembre 2019.

Sa naissance a été célébrée lors des vœux de la commune mais surtout à Noël. "Tous les ans, à Noël, la mairie distribue des cadeaux aux enfants et aux personnes âgées, cette année il y avait une personne en plus, tout le monde était heureux de la voir !"
 

"La dernière à être née ici, c’était ma sœur, il y a 18 ans !"


"Ils m’ont tous connus petit et maintenant, c’est la suite de la génération !", nous confie Arnaud Rondier, le fils de Daniel Rondier et heureux papa de la nouveau-née. Il est agriculteur à Cogny, a repris une exploitation et souhaite y rester. "Je suis né ici, on se connaît tous ! Une naissance ça fait du bien, les personnes de moins de 30 ans sont plus rares ici. La dernière à être née ici, c’était ma sœur, il y a 18 ans !"
 
La petite Alicia est née à Saint-Amand-Montrond dans le Cher, la maternité la plus proche. Mais ses parents résident à Cogny, village situé à une vingtaine de kilomètres, et qui comptait 40 habitants. Désormais 41.

Proposition de loi pour donner plus de visibilité aux villages


Une quarantaine de députés de gauche et de droite a déposé récemment une proposition de loi pour pouvoir enregistrer, à l’état civil, le lieu de résidence des parents et non celui de la naissance de l’enfant. Avec la fermeture des petites maternités, les naissances se concentrent dans les plus grandes agglomérations. Les villages se retrouvent évincés.
 
Alicia, la nouveau-née de Cogny.
Alicia, la nouveau-née de Cogny. © Céline Durchon

Le problème reste cependant le manque de permanence dans les petites mairies. A Cogny, par exemple, elle n’est ouverte que le mardi après-midi. Une situation qui peut s'avérer compliquée quand on sait que les parents doivent faire la déclaration dans les cinq jours suivant la naissance.

"Nous l’avons déclarée à Saint-Amand-Montrond puisque ma copine a accouché là-bas mais pour nous c’est comme si elle était née ici", rétorque Arnaud Rondier. Cette proposition de loi doit être examinée par l’Assemblée Nationale dans les prochains mois.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
démographie société