Erwan Le Mintier, soldat du Front

Erwan le Mintier candidat FN aux élections départementales sur le canton de Châteaumeillant dans le Cher / © E.Bruzat
Erwan le Mintier candidat FN aux élections départementales sur le canton de Châteaumeillant dans le Cher / © E.Bruzat

Candidat sur le canton de Châteaumeillant (Cher), Erwan le Mintier (FN) vient de se hisser au second tour des élections départementales (avec son binôme Elodie Robin). Ce frontiste de longue date a patienté de longues années pour voir son parti et ses idées compter enfin dans la vie politique locale

Par Eloïse Bruzat

Trente ans de fidélité au Front National. Et autant de persévérance. Pour Erwan Le Mintier, les résultats de ce premier tour des élections départementales n'ont rien d'étonnant. "Le vent commence à tourner", disait-il lors d'une rencontre durant la campagne. "Il y a un ras-le-bol généralisé chez les Français. On trouve un bien meilleur accueil maintenant par rapport à ce que j'ai pu connaître à une autre époque. Les gens sont plus réceptifs."


Quatrième participation

Des électeurs plus ouverts aux idées du Front National d'un côté, et de l'autre, un candidat qui commence à être bien connu des habitants du Cher. Ce scrutin, c'est le quatrième auquel Erwan Le Mintier participe. En 2008, 2011 et lors des dernières élections législatives, son nom figurait à chaque fois parmi les candidats. D'ailleurs, le dernier scrutin départemental auquel il avait participé l'avait amené au second tour, en battant au passage le représentant de la droite. Janine Bernardet (Parti socialiste), la conseillère générale sortante l'avait alors devancé.


Un département dans le rouge

Pour ces élections, Erwan Le Mintier a affûté son discours : "La majorité départementale a emmené le département dans le rouge. Et la droite molasse qui a, elle aussi, été aux commandes, n'a rien apporté de plus". Le meilleur exemple, selon lui, c'est le Pôle de l'âne et du cheval de Lignières (Cher), à quelques kilomètres de son exploitation agricole. Un site que le conseil général a agrémenté d'un village de roulottes en 2010 et qui va évoluer en 2015 avec la construction d'une piscine. "240.000€ pour une piscine qui ne sera même pas accessible à tous, c'est une dépense inutile", explique-t-il.


Refonder la PAC

 / © Réduire les dépenses et surtout mieux les orienter, c'est l'un de ses principaux arguments de campagne. Dans sa ligne de mire, l'Europe et la politique agricole commune (PAC). Céréalier depuis les années 90 et propriétaire de quelques moutons, il milite au sein de la Coordination rurale pour refonder la PAC. "La France verse plus d'argent à l'Union européenne qu'elle n'en reçoit. Et les agriculteurs français se battent aujourd'hui avec ceux des anciens pays de l'Allemagne de l'Est où la main d'oeuvre est beaucoup moins chère. On est en train d'en crever !" La solution pour lui ? "Refonder une PAC avec quatre ou cinq pays qui ont les mêmes règles sociales et environnementales."


Le vote paysan en soutien

Une idée qui permet aussi à Erwan Le Mintier de séduire le monde paysan. Pratique dans ce canton redéssiné pour ces élections, trois fois plus grand qu'avant. Et surtout très rural. "Les paysans ont toujours voté à droite. Mais aujourd'hui, ils se tournent vers nous car ils sentent que le FN, c'est l'avenir. Les agriculteurs ont tendance à dire beaucoup plus ce qu'ils pensent qu'avant."


16 binômes pour 19 cantons

Dans le Cher, seuls trois cantons sur dix-neuf ne disposent pas de candidats étiquetés FN. Et la consigne a été claire, pas d'alliance avec les autres partis, ni au 1er, ni au 2ème tour. Erwan Le Mintier valide : « Le but de cette élection, c'est de se faire élire pour ensuite peser sur la vie politique nationale. Pour ma part, il n'y aura aucun petit arrangement avec les autres candidats. C'est une consigne certes. Mais c'est aussi ma volonté ».

Sur le même sujet

Tout le monde peut prendre sa place

Les + Lus