Doc «Hors saison » : à Vierzon les habitants se passionnent pour leur ville

© France 3 Centre-Val de Loire
© France 3 Centre-Val de Loire

Et si demain la prochaine grande aventure était de partir à Vierzon, plutôt que sur cette plage des Philippines consacrée destination tendance de l’année ? Un documentaire de la collection "Hors saison".

Par Anne Lepais

La France est un des pays les plus visités du monde, mais que connaît-on de l’hexagone une fois sorti des autoroutes touristiques et des grandes migrations saisonnières ?

« HORS SAISON » embarque pour un voyage à contre-courant à la découverte de Montluçon, Maubeuge, Le Creusot ou Guéret … Là où à priori personne n’a prévu d’aller.
Mais ces villes mal aimées, à peine localisées, ne seraient-elles pas surtout des villes incomprises ?

Voir le replay du documentaire

Vierzon, région Centre-Val de Loire

« Au centre de tout et au milieu de rien » Vierzon est certainement le porte drapeau des villes incomprises. Sans doute à cause de la chanson, et aussi un peu de la désindustrialisation. Mais dans les cafés, on chante encore Brel. Au bord du Canal du Berry, on se passionne pour de vieux tracteurs. Dans d’anciennes usines, on pratique de drôles de sport et le soir venu, on arpente une forêt enchantée. Tout ce qu’il faut pour revoir Vierzon
 

Les Hors Saison

  • Rémy Beurion, 42 ans, né à Vierzon
     
Journaliste pour le Berry Républicain, Rémy est un chroniqueur du quotidien. Son blog « Vierzonitude », « le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit », est un redoutable poil à gratter, qui célèbre autant qu’il égratigne. Sa ville chevillée au corps, Rémy est notamment un ardent défenseur du Vierzon, le tracteur issu des usines de la Société Française.
Cette passion l’a emmené dans plusieurs road trip à 10 km/h à travers la France pour promouvoir sa ville et son tracteur.
 
  • Yolande Rigenbach, 30 ans, à Vierzon depuis 10 ans
     
Lorsqu’on est la petite fille des familles Gruss et Bouglione, difficile d’échapper à la tradition du cirque. Yolande a donc rejoint le National Palace monté par son père, un cabaret qui n’a rien à envier aux grandes revues parisiennes. Depuis qu’elle est à Vierzon, Yolande confesse ne plus en bouger. Cette jeune mère de famille trouve ici tout ce dont elle a besoin et se targue d’avoir une vie normale. Pas si sûr lorsqu’on la voit effectuer tous les soirs son numéro d’acrobate ou baigner son tigre Ulysse dans la
piscine de son père.
 
  • Bernard Vandermeersch, 41 ans, à Vierzon depuis deux ans
     
Bernard a toujours vécu en banlieue parisienne où il dirigeait une petite société de service. Puis il a tout quitté pour monter un projet un peu fou, transformer des anciens hangars industriels pour construire un lieu de sortie : bowling – billard – discothèque. Le projet ne vient pas de nulle part, Bernard est un champion de bowling. Depuis trois ans, son complexe tente de donner un nouveau souffle au Vierzon by night, à coup de soirées Holy et de dj’s renommés. Reste une ambition, faire de Vierzon un pôle d’excellence … de bowling.
 
  • Caroline Labelle, 53 ans, à Vierzon depuis 3 ans
     
Caroline a quitté son Québec natal pour Vierzon où elle a racheté un lieu plutôt insolite, l’Arche Hôtel. Entrer dans son hôtel, c’est plonger dans un « dinner » de la route 66. Néons, jukebox, affiches et vielles bagnoles, tout ici est à la gloire de l’Amérique et de son cinéma. Caroline est d’abord tombée sous le charme du lieu, puis de la ville. Pour elle, Vierzon est synonyme d’accueil et de lumières sur le Canal du Berry. Depuis elle poursuit un rêve, faire venir Céline Dion dans son bout d’Amérique.
 
  • Jean-Marie Favière, 65 ans, né à Vierzon
En quarante-cinq ans de carrière, Jean Marie a vu défiler plusieurs générations de vierzonnais dans sa classe d’histoire-géo. Parallèlement, il s’est passionné pour Jacques Brel, au point d’écrire une thèse et d’être considéré aujourd’hui comme « le » spécialiste du Grand Jacques. Une question le taraude toujours : est ce que Brel est venu à Vierzon ? Il jurerait que oui, mais rien ne le prouve. Peu importe, Vierzon et Brel sont pour lui indissociables.
 
  • Gilles Quentin, 62 ans, à Vierzon depuis 25 ans
     
Gilles est l’ancien garde forestier de la forêt de Vierzon. Aujourd’hui à la retraite, s’il n’est pas en train de voyager via sa collection de timbres, il est forcément entrain d’arpenter sa forêt. Avec son look de druide, il rappelle à qui veut l’entendre le lien indissociable qui unit Vierzon à sa forêt. S’il regrette aujourd’hui une déconnexion avec la nature, il oeuvre toujours à
combler ce fossé. Il organise notamment des sorties en forêt entre chiens et loups, pour écouter des contes traditionnels et plonger dans un monde de lucioles et de farfadets.
 
  • Sandra Emery, 21 ans, née à Vierzon
     
Sandra est le gardienne de but des Prédateurs de Vierzon, l’équipe de hockey sur rollers, qui évolue en deuxième division nationale. C’est la seule femme de l’équipe… Elle joue au club depuis qu’elle sait marcher. Il faut voir cette jolie jeune fille, employée dans une compagnie d’assurances, enfiler ces 22kg de protection pour stopper un palet projeté à 100 km/h. Il faut surtout assister à un match, sur cette patinoire improbable montée dans une usine désaffectée, lorsque 200 ultras se réunissent pour célébrer Sandra, leur équipe et leur ville.
 
  • Jack Pascaux, 65 ans, né à Vierzon
     
Jack a toujours été passionné de cinéma. Employé de banque, il se transformait dès le soir venu en projectionniste pour assouvir sa passion. À la retraite, ce collectionneur compulsif a racheté le France 2, une vieille salle laissée à l’abandon. Depuis il déambule dans son improbable bric à brac et projette des vieux polars pour quelques aficionados. Lorsqu’on lui demande le dernier film qu’il a vu en salle, Jack répond Titanic dans un haussement d’épaules, parce que rien ne remplacera Quai des Brumes.


« On a voulu voir Vierzon »

Un film écrit par Thomas Yzebe, réalisé par Vincent Lefebvre, produit par Jean-Baptiste Jouy
Une co-production France Télévisions Step By Step Productions
Avec la participation de Voyage


Un documentaire à voir en replay jusqu'au 15 juin 2018 sur notre site Web.

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Musée Girodet à Montargis : un musée rénové (épisode 1/4)

Les + Lus