Confinement : S.O.S Amitié à Tours reçoit deux fois plus d’appels qu’en temps normal

L'association SOS Amitié connaît un surcroît d'activité en cette période de pandémie. Elle s'est organisée pour faire face aux demandes. Les bénévoles peuvent ainsi écouter depuis leur domicile, les personnes seules qui ont besoin de parler, tout en respectant les mesures de confinement...

© Alain Heudes
Être confiné, quand on vit seul, est une période qui peut s’avérer douloureuse car le sentiment d’isolement est, évidemment, amplifié par les mesures de confinement. Les personnes isolées le sont encore plus, et elles souffrent davantage. Et même celles qui continuent à travailler à l'extérieur peuvent se sentir seules.

En temps "normal", la solitude n'épargne personne : qu'on soit homme ou femme, quel que soit l'âge, et quel que soit le niveau social. C’est encore plus vrai en cette période atypique. Depuis près de 60 ans, l’association SOS Amitié est à l’écoute de la souffrance et l’angoisse de tous ceux qui ont besoin de parler. Depuis le début du confinement, les bénévoles sont mobilisés afin de poursuivre leur mission d’écoute bienveillante, anonyme, confidentielle et ce, 24h/24 et 7j/7.

Les locaux de l’association (il y a 55 lieux d’écoute sur tout le territoire) ont été aménagés pour éviter tout risque : les bénévoles, qui écoutent à leur poste habituel, le font en respectant strictement toutes les mesures barrières.

Une réorganisation du système d’écoute

En parallèle, une réorganisation du système d’écoute est en cours pour permettre exceptionnellement aux bénévoles de pratiquer l’écoute depuis leur domicile. Déjà près de 500 écoutants (sur 1700) se sont portés volontaires. L’association nous a précisé que "beaucoup d’entre eux assureront des temps d’écoute bien supérieurs à ceux auxquels ils s’étaient engagés."

Durant les premiers jours du confinement, SOS Amitié a noté que "la capacité d'accueil des appelants par les bénévoles avait fortement diminué". Depuis quelques jours, les écoutants sont à nouveau à leur poste : la capacité d’écoute revient donc à la normale. Elle devrait être bientôt très supérieure à celle du régime "normal".

Habituellement, c’est-à-dire hors période de confinement, l’association reçoit entre 1 500 à 2 000 appels par jour au niveau national mais en ce moment, elle en reçoit plus de 7 000 chaque jour. Dès que les écoutants pourront le faire depuis leur domicile, l’association pourra faire face à l’augmentation des appels.À Tours, en Indre-et-Loire, les bénévoles font des permanences d’écoute de 4 et 6 heures par jour en moyenne et reçoivent une trentaine d’appels.

Avec le confinement, les appels ont doublé et les écoutants sont à leur poste pendant 8, voire même, 10 heures. Dans un jour ou deux, lorsque tous les problèmes techniques auront été réglés et que les bénévoles pourront répondre au téléphone depuis leur domicile, l’écoute de chacun pourra être encore augmentée. Elle pourra peut-être même doubler, en fonction des disponibilités de chacun, notamment la nuit.Écouter, tel est le rôle des bénévoles de S.O.S Amitié qui souhaitent contribuer ainsi à contenir cette crise sanitaire majeure. Plus que jamais, l’association se tient aux côtés des français qui souffrent, pour les aider à surmonter cette période d’isolement.

Depuis le début du confinement, les "appelants" qui composent le 09 72 39 40 50 (numéro unique) ne sont pas des habitués. Selon Patrick Vannier, président de SOS Amitié à Tours :

"Bien sûr, nous recevons des appels de personnes qui sont seules, mais nous recevons aussi beaucoup d’appels de personnes en couple, ou qui ont une famille. Ce sont des personnels de santé, des soignants qui sont en première ligne et qui sont très inquiets. Ils se posent des questions sur la durée du confinement, ils se demandent comment cela va se passer après…

Les soignants sont très angoissés : ils culpabilisent car ils craignent de faire entrer le virus à leur domicile. En cela, le profil de nos appelants est différent."

Le rôle de l’écoutant

En France, une personne sur dix n’a personne à qui parler. Alors pour beaucoup d’entre elles, il y a ce numéro qu’elles composent : le 09 72 39 40 50. À l’autre bout du fil, il y a une oreille : l’écoute se fait dans la bienveillance, jamais dans le jugement, toujours anonyme et confidentielle.

Appel aux dons

Les bénévoles-écoutants ne sont pas des professionnels de santé. Ils ne peuvent se substituer à un psychologue, un psychiatre ou un psychothérapeute. Pour écouter la détresse, et apprendre à recueillir ce qu’ils entendent, des psychologues leur dispensent lune formation initiale. Les écoutants suivent ensuite, régulièrement, des formations financées par l’association.

L’écoute des bénévoles est gratuite. Pour fonctionner, l’association a besoin d’argent, elle vit des subventions et des dons et compte sur la générosité des français.

Un "chat-accueil"

Un chat-accueil est en ligne, du lundi au dimanche, de 13 h à 3 h du matin dans un partenariat entre S.O.S Amitié et Télé Accueil.

Sur le chat-accueil, chacun peut s'exprimer et communiquer gratuitement avec un écoutant bénévole qui appliquera, dans ses réponses, les règles éthiques des deux associations : anonymat, confidentialité, non jugement et respect de la personne. L'objectif est d'offrir un relais ponctuel lui permettant de sortir de son isolement et de renouer le contact avec autrui.

Un peu d’histoire

L’idée germe en Grande-Bretagne dans la tête du Révérend Chad Varah après le suicide d’un adolescent de 14 ans. Ému, il fait paraître une annonce dans le Times du 2 novembre 1953 : "Avant de vous suicider, appelez-moi à M.A.N. 90.00".
Il crée le premier service d’écoute téléphonique pour venir en aide aux isolés, aux désespérés, tentés par le suicide et à tous ceux qui se sentent écoutés de personne. En France, SOS Amitié naît de la rencontre entre Georges Lillaz et le pasteur Jean Casalis à Boulogne-Billancourt en 1960. En août 1961, l’activité d’écoute se transforme en association loi 1901 appelée "L’amitié SOS par téléphone", soutenue par la Fédération Protestante de France, l’Eglise Catholique et le Consistoire Israélite. En 1970, elle devient laïque et prend le nom de "SOS Amitié".

SOS Amitié en Centre-Val de Loire

Orléans : 02 38 62 22 22
SOS Amitié Centre 
BP 5251 - 45052 ORLEANS Cedex 1
sosamitiecentre@yahoo.fr

Tours : 02 47 54 54 54
BP11604 - 37016 TOURS Cedex 1
sos@sos-amitie-touraine.fr

 
S.O.S Amitié
S.O.S Amitié est une association d'aide par l'écoute, labellisée par le ministère de la Santé (PADS), et reconnue d'utilité publique depuis 1967. Son objectif premier est la prévention du suicide. SOS Amitié répond à près de 2 000 appels par jour.

Cette écoute anonyme et confidentielle des personnes en souffrance est assurée 24h / 24 et 7j / 7. L'association a mis en place un numéro d'appel commun : 09 72 39 40 50. La Fédération SOS Amitié réunit 44 associations régionales, regroupant 1 700 bénévoles répartis en 55 postes d'écoute multimédia (téléphone, messagerie et chat).

Cette année, l'association S.O.S Amitié fête ses 60 ans.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société psychologie region centre-val de loire