Coronavirus : à Orléans et Tours, l’augmentation de lingettes jetées aux toilettes pose problème

Particulièrement utilisées en pleine crise sanitaire de coronavirus Covid-19, les lingettes désinfectantes sont trop souvent jetées dans les toilettes. À Orléans et à Tours comme ailleurs en France, les professionnels de l’eau sont confrontés à ce problème et tirent la sonnette d’alarme.
Les lingettes jetées dans les toilettes endommagent les installations et polluent l’environnement.
Les lingettes jetées dans les toilettes endommagent les installations et polluent l’environnement. © Photos : Cycle de l’Eau d’Orléans Métropole / Julio Pelaez (MaxPPP)
Chaque année, 220 tonnes de lingettes sont récupérées dans les canalisations de la métropole orléanaise. Avec l’épidémie de coronavirus Covid-19, les professionnels de l’eau redoutent que ce chiffre explose. “Depuis le début du confinement, la majeure partie de nos interventions sont liées au débouchage de canalisations à cause des lingettes !”, déplore Arnaud Soule, directeur du Cycle de l’Eau d’Orléans Métropole.
 

"Ne jetons rien dans les toilettes"

Sous l’effet du confinement et de mesures d’hygiène domestique renforcées, la tentation est grande de se servir des toilettes comme d’une poubelle. Mais les répercussions sont loin d’être anodines. Au même titre que les serviettes hygiéniques et les tampons, les lingettes jetées dans les toilettes sont un véritable fléau pour les réseaux d’assainissement. 
 
Ces derniers jours, les rayons de lingettes désinfectantes des supermarchés ont été littéralement pris d'assaut. Une ruée aux conséquences désastreuses pour les professionnels de l'assainissement. (Reportage France 3 Poitou-Charentes)


Même biodégradables, les lingettes ne se décomposent pas entièrement, formant un amas de fibres sur le trajet entre les toilettes et la station d’épuration. Conséquences : risques d’inondations, de débordements et donc de pollution de l’environnement lors d’épisodes pluvieux importants. Depuis plusieurs années, la métropole d’Orléans alerte sur ce phénomène en lançant notamment une campagne de sensibilisation à la fin d’année 2019 : "C'est la lingette qui a fait le coup ! Ne jetons rien dans les toilettes."
 
Campagne de sensibilisation de la métropole d'Orléans (2019)
Campagne de sensibilisation de la métropole d'Orléans (2019) © Orléans Métropole


Des équipes réduites pour intervenir

Le problème grandissant de canalisations bloquées nécessite l’intervention des agents de la métropole, dont les effectifs ont été réduits à 70 % à Orléans et 60 % à Tours pour la période de confinement. “Une intervention pour enlever des lingettes coincées dans une pompe de relevage, c’est une heure à une heure et demi en moins sur d'autres missions fondamentales”, regrette Vincent Soulard, directeur du Cycle de l’Eau de Tours Métropole Val de Loire.

Face à ce constat alarmant, un seul message à faire passer selon les professionnels de l’eau : “Peu importe le moyen de désinfection qu'on utilise à la maison, celui-ci doit finir dans la poubelle, mais certainement pas dans les toilettes !”, martèle le directeur du Cycle de l’Eau d’Orléans Métropole.

Selon les recommandations du gouvernement, les lingettes désinfectantes, comme les mouchoirs à usage unique et les gants, doivent être jetés dans un sac poubelle dédié. Lorsqu'il est rempli, ce sac doit être soigneusement refermé, conservé 24 heures, puis jeté dans le sac poubelle pour ordures ménagères.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société environnement