Coronavirus : la région Centre-Val de Loire dégaine son dispositif pour soutenir l'économie

Une passante portant un masque devant le Louvres, à Paris - Photo d'illustration / © IP3 PRESS/MAXPPP
Une passante portant un masque devant le Louvres, à Paris - Photo d'illustration / © IP3 PRESS/MAXPPP

Entreprises, événémements culturels, éducation... La région prend les choses en main face à la pandémie déclarée de coronavirus, dont on ignore encore à quel point elle va durer et affecter l'économie.

Par Yacha Hajzler

"Hyperactivité et hyper solidarité", voilà les deux mots d'ordre du conseil régional face aux retombées de la pandémie de coronavirus. Le premier cas de contamination dans le Cher, à Bourges, a été connu ce 12 mars, portant à 21 le nombre de cas déclarés dans la région.
 

Evénement annulés ou mis en danger par la restriction du nombre de visiteurs, interdiction de visite dans les EHPAD, meetings en vue des municipales reportés : les effets de la pandémie se font de plus en plus visibles. Au point d'inquiéter l'ensemble des acteurs économiques du territoire. Le président de région François Bonneau a tenu ce 12 mars une conférence de presse pour présenter l'arsenal de mesures visant à éviter un éventuel effondrement.

"La réactivité, s'agissant des entreprises, c'est avoir une lisibilité immédiate : qui peut m'aider ? Que dois-je faire ?" a entamé l'élu. Il a présenté des mesures pour une visibilité d'un mois, un délai qui impactera plus particulièrement les événements culturels, puisque ceux qui devaient avoir lieu d'ici au 15 avril sont sous la menace d'un report ou d'une annulation pure et dure.
 

Les annonces à retenir


Pour les entreprises

La région, avec l'Etat et la BPI, se fixe pour but d'éviter les dépôts de bilan, pour éviter que le "trou d'air ne se transforme en catastrophe économique". Une attention particulière sera portée aux TPE et PME, susceptibles de "passer dans le rouge à la vitesse de l'éclair" si elles ne sont pas soutenues.
 
  • Les paiements dûs aux entreprises par la région seront accélérés
  • Les "groupements de prévention agréés", chefs d'entreprises capables de venir en aide à d'autres, sont invités à se mobiliser
  • Le "fonds de prévention des difficultés des entreprises" voit son budget doublé, passant ainsi à 2 millions d'euros
  • La région va désormais garantir aux banques 80% des fonds prêtés aux entreprises en difficulté via le "fonds régional de garantie"
  • Le prêt croissance destiné aux TPE pourra être sollicité dans le cadre d'un maintien d'activité. Il sera doté à hauteur d'un million d'euros

Pour le monde de la culture

"Tout ce qui peut concourir à freiner l'expansion doit être fait. Je ne veux rien laisser au hasard, je crois que tout ce qui peut être reporté doit l'être" a tranché François Bonneau. Le monde de la culture et de l'événementiel est le premier secteur frappé par les restrictions liées à la pandémie. La Dreamhack, emblématique rassemblement esportif organisé à Tours, a annoncé ce même jour l'annulation de son édition 2020.
 

Le Printemps de Bourges est lui aussi sur la sellette, dépendant d'une décision nationale. La région assure procéder "au cas par cas" pour chaque festival, foire ou salon concerné.
 
  • En cas de report d'un événement, l'ensemble des subventions régionales sont maintenues.
  • En cas d'annulation, les organisateurs sont invités à engager un dialogue avec la région pour examiner leur cas, notamment en l'absence d'assurance
  • La région s'associe aux intermittents du spectacle, dont le statut dépend du nombre de cachets à l'année, pour demander à l'Etat que leurs droits soient calculés sur 15 mois au lieu de 12, afin de prendre en compte la période de basse activité dûe au coronavirus
  • Les collectivités territoriales co-financeuses d'événements annulés sont invitées à contacter la région pour statuer sur leur cas

Pour le tourisme

Le tourisme est également dûrement touché, particulièrement en cette période où les professionnels de l'hébergement devraient accumuler les réservations. "Comment voulez-vous que les gens réservent ? Ils ne connaissent pas la durée de la crise, ils voient des images préoccupantes..." a décrypté François Bonneau. Le tourisme chinois en particulier est une source de revenus important pour les acteurs touristiques de la région, et l'absence de ces ressortissants commence déjà à se faire sentir.
 

Pourtant, la région espère toujours donner envie aux touristes de "retrouver la Loire à vélo, nos bonnes tableas, nos châteaux, nos guinguettes..."
 
  • Les campagnes de promotion de la région à destination du reste de la France seront privilégiées sur la communication à l'étranger, avec notamment une campagne télévisée nationale prévue à la fin du printemps.
  • Le versement des subventions par la région sera accéléré

Pour l'éducation et la formation


Les lycées, qui sont sous la coupe de la région, sont vus comme des "lieux de concentration" et à ce titre surveillés de près.
 
  • En cas de fermeture d'un établissement et/ou d'un internat, le transport pour ramener les élèves chez eux sera assuré par la région, de la maternelle au lycée
  • Les départs erasmus de mars et avril sont annulés
  • Des "options numériques" sont envisagées pour garder un lien entre les élèves et leur scolarité. L'utilisation des espaces numérique de travail et le recours au MOOC est encouragé
  • Le "chômage technique" n'existant pas dans la fonction territoriale, le salaire des enseignants continuera d'être versé et les locaux entretenus
  • Les voyages scolaires sont suspendus, la région "prendra sa part" pour aider les établissements qui ont déjà engagés des frais
  • En cas de formation professionnelle, la rémunération du stagiaire sera maintenue pour toute formation engagée
  • En cas d'annulation, la région prévoit d'interagir également avec les organismes de formation et les entreprises concernées

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus