Covid-19 : dans le Centre-Val de Loire, un renforcement des mesures, même sans couvre-feu

Le Cher, l'Eure-et-Loir, l'Indre et le Loir-et-Cher échappent pour le moment au couvre-feu imposé dans le Loiret et en Indre-et-Loire. Port du masque étendu, fermeture anticipée des bars et restaurants... Les quatre départements sont malgré tout soumis à des mesures sanitaires renforcées.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Jean-Luc Flémal/MaxPPP
Depuis minuit pile ce samedi 24 octobre au matin, le Loiret et l'Indre-et-Loire sont soumis au couvre-feu imposé par le gouvernement. Un couvre-feu à partir de 21h le soir, jusqu'à 6h le lendemain, qui doit permettre d'endiguer la progression du coronavirus dans les départements les plus touchés de France. 

Le Loiret et l'Indre-et-Loire sont les deux seuls départements de la région Centre-Val de Loire à remplir les trois critères du gouvernement pour qu'un département soit soumis au couvre-feu :Les quatre autres départements de la région sont encore loin de remplir ces trois critères, mais la situation peut évoluer très vite. Ainsi, le taux d'incidence dans le Cher approche les 180 selon l'agence régionale de santé (ARS) au 19 octobre. Alors les préfets du Centre-Val de Loire ont, ces derniers jours, pris des mesures complémentaires pour stopper la progression de l'épidémie.
 

Dans le Cher

Depuis ce vendredi 23 octobre, de nouvelles mesures sont appliquées dans le Cher, département le plus haut placé sur la liste des candidats au couvre-feu dans le Centre-Val de Loire. Dans tout le département, le port du masque est rendu obligatoire pour les plus de 11 ans :Dans le même temps, la jauge des évènements de grande ampleur a été ramenée à 1 500 personnes. Comme dans les départements les plus touchés, les buvettes et points de restaurations, ainsi que l'accès aux vestiaires, sont interdits dans les établissements sportifs couverts comme les gymnases, complexes sportifs, salles de sports, et dans les établissements de plein air tels que stades et hippodromes.
   
L'interdiction des buvettes et points de restauration est également valable dans les autres établissements recevant du publics, comme les salles des fêtes, les salles de spectacles, ou même les chapiteaux. 

En Eure-et-Loir

En Eure-et-Loir, le port du masque est devenu obliagtoire en extérieur dans plusieurs communes par arrêté préfectoral. Une première vague, à compter du 3 octobre, ciblait les agglomérations de Dreux et de Chartres (soit les communes de Champhol, Chartres, Dreux, Le Coudray, Lèves, Lucé, Luisant, Mainvilliers et Vernouillet).

A partir du 17 octobre, huit nouvelles communes étaient concernées : Auneau-Bleury-Saint-Symphorien, Barjouville, Bonneval, Châteaudun, Cloyes-Les-Trois-Rivières, Epernon, Maintenon et Nogent-le-Rotrou. Une liste à laquelle se sont ajoutées Hanches, Pierres et Saint-Denis Lanneray ce 20 octobre. Au total, 20 communes sont concernées dans le département.
 

Dans l'Indre

Dans le 36, les nouvelles mesures mises en place les 16 et 17 octobres sont similaires à celles prévues dans le Cher : port du masque dans les foires et marchés, et près des établissements scolaires
   

Dans le Loir-et-Cher

Dans le Loir-et-Cher, un panel de nouvelles mesures ont été prises par le préfet et mises en application dès le 17 octobre, comme l'interdiction des buvettes, appértifs et cocktails avec consommation statique en position debout, des soirées dansantes et des évènements qui ne permettent pas le port du masques quand les personnes sont assises.

A la suite des annonces de Jean Castex le 22 octobre, le préfet du Loir-et-Cher a renforcé ces mesures. Ainsi, à partir de ce samedi 24 octobre, le port du masque de protection est rendu obligatoire sur tous les marchés, brocantes et vides-grenier, une mesure déjà en place à Blois et sur les marchés hebdomadaires de Montrichard. 

De plus, l'usage des vestiaires dans les établissements sportifs est interdit, à l'exception des piscines et des sportifs professionnels et de haut niveau. 

Côté bars et restaurants, tous les établissements devront fermer au plus tard à 23h30 sur l'ensemble du département. Enfin, pour éviter les attroupements, la diffusion de musique amplifiée sera interdite dans les bars et les restaurants, ainsi que dans l'espace public. Toutes ces mesures s'ajoutent à celles imposées partout en France : un protocole sanitaire renforcé dans les restaurants, la re-généralisation de la règle du "1 siège sur 2", un renforcement du télétravail et l'interdiction des rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique.

Toutes les préfectures rappellent évidemment de bien respecter les gestes barrières. Avec pour objectif de ne pas avoir à passer par la douloureuse étape du couvre-feu dans les prochaines semaines.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société