"La bamboche, c'est terminé" : la formule du préfet du Centre-Val de Loire sur le couvre-feu amuse la toile

Sur le plateau de France 3, le préfet a expliqué le couvre-feu en des termes originaux jeudi 22 octobre. Il n'en fallait pas plus aux internautes pour tourner en dérision la formule de "bamboche", notamment sur Twitter.

Pierre Pouëssel sur le plateau de France 3 Centre-Val de Loire jeudi 22 octobre 2020.
Pierre Pouëssel sur le plateau de France 3 Centre-Val de Loire jeudi 22 octobre 2020. © France 3 Centre-Val de Loire
"On ne fait plus la fête. La bamboche, c'est terminé." Voilà comment le préfet de région Pierre Pouëssel a souhaité expliquer le couvre-feu sur le plateau de France 3 Centre-Val de Loire dans le journal de 19h ce jeudi 22 octobre. Une petite phrase pour vulgariser la stratégie du gouvernement : endiguer la propagation du virus en limitant les fêtes privées. 
 
Mais cette petite phrase a agité Twitter. Rapidement, les internautes se sont amusés de l'emploi du terme désuet de "bamboche", pour parler de fête, voire de "débauche" à en croire le Larousse. "Jamais entendu cette expression, c'est un régionalisme ?", s'interroge un internaute. "La bamboche ? Bienvenue en 1927 !", ironise un autre.
 
Sous un tweet de France Bleu, demandant aux internautes de poser leurs questions au préfet, l'un d'eux se lance : "La bamboche est-elle vraiment terminée ?" Car l'angoisse semble s'être emparée des twittos, et déjà, la résistance pointe le bout de son nez. Si bien que, peu avant midi ce samedi 24 octobre, le hashtag #JeSuisBamboche commençait déjà à se répandre. "Flûte alors finie la bamboche les aminches, plus de cibiches devant le troquet en descendant une p'tite roteuse...", se fend un utilisateur, dans un Tweet accompagné du déjà éminent mot-dièse. 
 

#TeamBamboche

Le débat sémantique était également bien présent, grâce au hashtag #TeamBamboche. "Qui sera celui qui osera dire "nouba"", s'impatiente une utilisatrice. 

Les poètes et artistes dans l'âmes pourront quant à eux faire preuve d'initiative, comme cette internaute réjouie de l'intervention du préfet Pierre Pouëssel, elle "qui cherchait une phrase à me faire tatouer". Certaines célébrités actives du réseau social se sont même emparé du phénomène "bamboche". L'humoriste Thombas VDB a ainsi retweeté la vidéo de France 3, se disant "jaloux, j'aurais aimé être l'auteur de cette phrase". En réponse, son confrère Pierre-Emmanuel Barré "lance les tee shirts" reprenant la formule. Il n'aura pas non plus fallu attendre longtemps avant de voir arriver les premiers détournements, comme ce titre remanié de l'ouvrage Paris est une fête d'Ernest Hemingway : Une fois de plus, l'humour sert à dédramatiser une période qui sera certainement difficile pour de nombreuses personnes. Le couvre-feu, en place entre 21 et 6h du matin, a débuté ce samedi 24 octobre au matin à minuit pile dans le Loiret et en Indre-et-Loire. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société internet réseaux sociaux