REPLAY. Documentaire "Les passeurs de mots" : quand le livre devient un objet de lien social

Publié le Mis à jour le
Écrit par C. Mette et P. Ménard

Qu’ils soient professeurs de français, bibliothécaires, documentalistes ou simples passionnés de littérature, ils s’engagent à faire découvrir les livres, en les rendant accessibles, en donnant le goût de lire aux enfants et aux adolescents comme aux adultes.

Revoir le documentaire "Les passeurs de mots"

En bas d’un immeuble, sur les places des villes, dans les prisons ou devant un feu de cheminée, tout lieu est prétexte à créer du lien social y compris dans les campagnes les plus reculées.

Le but ? Permettre d’accéder à une culture que l’on croit trop souvent élitiste, à certains de redécouvrir des livres qu’ils avaient dévorés, à d’autres de découvrir les livres tout court.

Différents acteurs locaux

  • Le livre passerelle, entre Tours et Chinon

Peut-être l'avez-vous déjà croisé sur les routes de Touraine : le camion "Le livre passerelle". Il se déplace dans les écoles, les salles d'attentes de PMI et la maison qui juxtapose les prisons.

Composée de 6 animatrices salariées et de 80 bénévoles environ l'équipe cumule 30 animations lecture sur le territoire. Pas mal non ?

Il existe aussi des journées de réflexion et d’échanges pour évoquer les intentions et pratiques de lecture. Il est aussi possible de venir partager vos expériences et vos questionnements.

  • Lycée Voltaire d'Orléans

C'est évident pour beaucoup mais la lecture fait partie du programme depuis des années. Pour le baccalauréat, les élèves ont une épreuve orale sur l'un des livres lu. À Orléans Dominique Aubrun, professeure de français utilise des méthodes d'apprentissage différentes.

J'ai deux choses qui me sont chevillées au corps, c'est l'envie de transmettre, c'est vraiment les impliquer dans les apprentissages, du point de vue de la compréhension et au-delà, du point de vue aussi de briser cette espèce de sacralisation de la littérature. C'est à dire, le "C'est pas pour moi, ça".

Dominique Aubrun

Elle a notamment une classe de sportifs, avec eux elle s'est lancée le challenge d'en faire des lecteurs. Elle explique son envie de transmettre et de briser la sacralisation de la littérature. Pour cela elle utilise diverses méthodes comme le podcast, théâtre et l'écriture.

Ces ateliers ont tous un point commun : la lecture. Lecture anonyme, critique, voire autocritique ! 

  • Les milles univers à Bourges

Que ce soit sur notre lieu de travail ou même chez soi, nous utilisons une imprimante. Mais ce n'était pas aussi simple auparavant. En effet nous n'imprimions pas de la même manière...Retour à l'ancienne à Bourges.

Cet atelier typographique traditionnel promet un voyage entre plomb et ordinateur. En plus d'accueillir le public lors de manifestations le site ouvre aussi ses portes à des jeunes victimes ou responsables de violence.

Au travers des multiples séances de groupe, ils apprennent la poésie, la composition, la mise en page, l'épreuve et le tirage.

C'est leur donner des outils qu'ils ne se pensaient pas s'autoriser à utiliser et de leur montrer par leur pratique qu'ils sont capables de sensibilité et d'intelligence et que le produit de leur création a de la valeur.

Frédéric Terrier

À la fin ils sont capables de tout réaliser en autonomie.

Les nuits de la lecture : "Aimons toujours ! Aimons encore !"

Créées en 2017 par le ministère de la Culture pour célébrer le plaisir de lire, les Nuits de la lecture ont su conquérir, au fil de ses éditions, un public de plus en plus large. Malgré la crise sanitaire, elles ont ainsi rassemblé, en 2021, plus de 2 000 événements en France et dans une trentaine de pays.

Les bibliothèques, les médiathèques, les librairies, mais également les musées, les théâtres, les établissements scolaires et universitaires, les structures pénitentiaires et médico-sociales, le réseau des établissements culturels français et les librairies francophones à l’étranger, seront invités à mettre à l’honneur, au cours de quatre soirées, le plaisir de lire et de partager amour des livres et livres sur l’amour !

Trois bonnes raisons de regarder ce documentaire 

La première raison est de dépoussiérer l'image que l'on peut avoir du livre et de la lecture.​ Si pour certains, se rendre dans une bibliothèque pour dévorer des bouquins ou dans une librairie pour agrandir sa Pal* fait partie d'un rituel bien rodé, il n'en est pas de même pour tout le monde. Le livre attend que l'on vienne le chercher, que l'on entre dans son antre, dans son espace d'emprunt ou de vente, d'un pas ou d'un clic, mais quand l'intérêt, l'habitude et l'envie font défaut, il peut attendre bien longtemps.

"Si les conditions de la rencontre" ne sont pas remplies, livre et hypothétique lecteur passeront à côté l'un de l'autre. Dans ce documentaire, le livre, l'album, les lettres et les mots se déplacent, se prêtent et s'adaptent à ces rendez-vous qui réservent bien souvent de très jolies surprises.

*Pal : pile à lire

La deuxième bonne raison est de découvrir qu'il y a plusieurs chemins pour apprivoiser la lecture et l'écriture. Si le livre, le cahier et le stylo ne semblent pas être nos alliés, il existe d'autres approches dont nous ne soupçonnions pas l'existence. Des supports qui créent le lien, donnent confiance et ouvrent les fenêtres de la créativité.

La troisième raison est un beau message d'humanité. Des instants de partage et de transmission qui nourrissent le cœur et l'esprit. Un documentaire au langage universel puisqu'il raconte une histoire à chaque individu quelle que soit sa propre histoire. Et s'il suffisait de tourner les pages d'un album pour remonter le temps à la rencontre de son âme d'enfant ?

►  "Les passeurs de mots", un documentaire de Marie Roy et Marion Dupuis produit par France Télévisions et Tandem Image, première diffusion le jeudi 27 janvier 2022 à 22h55 sur France 3 Centre-Val de Loire.