centre
val de loire
Choisir une région

Les documentaires de France 3 Centre-Val de Loire

Le lundi vers 23h00, un documentaire de 52 minutes raconte la vie des régions. 
Logo de l'émission Les documentaires de France 3 Centre-Val de Loire

REPLAY. Documentaire “Bernard, Albert et l'Empereur”. Suivez Bernard Belluc dans sa passion pour Albert Dieudonné, interprète de Napoléon au cinéma

Bernard Belluc dans son musée MIAM à Sète en train de positionner ses soldats dans une vitrine avec Napoléon. / © France Télévisions
Bernard Belluc dans son musée MIAM à Sète en train de positionner ses soldats dans une vitrine avec Napoléon. / © France Télévisions

Dans ce documentaire écrit et réalisé par Isabelle Ros, nous suivons l'épopée de Bernard Belluc. Bernard est fou de Napoléon, mais plus encore d’Albert Dieudonné qui incarna l’Empereur dans le film mythique d’Abel Gance de 1927.

Par L. Lagoutte et I. Ros

Revoir l'émission

Un résumé s'impose

Dans ce documentaire, on part à la rencontre de Bernard Belluc : un passionné. Il a pour projet de rendre hommage à ses deux idoles, Napoléon et  Albert Dieudonné. Celui-ci incarna l'empereur dans le film d'Abel Gance en 1927. C’est un projet qui lui tient à cœur. Pour le réaliser, il part dans une aventure audacieuse et poétique, menée tambour battant, qui aboutira à Courçay, le petit village tourangeau où est enterré Albert Dieudonné dans son habit de Napoléon.

Qui est Bernard Belluc ?

Bernard Belluc est un artiste autodidacte et co-fondateur de MiAM, le Musée international des Arts modestes de Sète (Hérault). C’est à l’âge de 12 ans qu’il découvre le film "Mythique" et une passion née pour Napoléon et Albert Dieudonné qui interprétait ce rôle. Bernard connait tout de Napoléon : sa vie, son œuvre, la moindre anecdote, le déroulement de chacune de ses batailles, qu’elles soient gagnées ou perdues. Puis son admiration prendra de l’ampleur au fur et à mesure des années.

Aujourd’hui âgé de 70 ans, il a inspiré la création du documentaire "Bernard, Albert et l’Empereur". C’est l’occasion de réaliser le portrait de cet artiste, inspiré par le surréalisme, vivant dans un univers peuplé de fantômes et d’âmes mélancoliques.

CARTE INTERACTIVE. Découvrez les différents lieux de tournage du documentaire

"Bonjour, je m’appelle Bernard Belluc, je souhaiterais parler à Francis Ford Coppola".

Cette phrase, inévitablement, reviendra comme un gimmick. Tout au long du film, Bernard cherchera à joindre le célèbre réalisateur américain pour l’inviter à la journée hommage de Courçay. Une démarche à première vue insensée mais lui a sa propre logique car le réalisateur américain est un fan absolu du Napoléon d’Abel Gance :

C’est un trésor pour la France mais aussi pour le monde entier. Napoléon est un film qui montre ce dont l’art est capable. Mon rêve personnel est de projeter le film en Corse à Ajaccio.

 

3 questions à Isabelle Ros, réalisatrice du film

  • Qu'est-ce qui vous a motivé à suivre Bernard Belluc dans cette histoire folle ? Quelle est la genèse du film ?

J'ai rencontré Bernard au Miam à Sète à plusieurs reprises, lors de différents reportages, et j'ai tout de suite été attirée par ce personnage hors-normes, son énergie, sa poésie et sa douce folie. À vrai dire au début, son histoire me semblait trop complexe à raconter, je ne voyais pas par où commencer, je me sentais submergée par son univers !

Puis Bernard a tellement insisté qu'il a réussi à me convaincre qu'il fallait se lancer ensemble dans l'aventure. Il y a eu aussi dès le début le soutien des Films de l'oeil sauvage qui ont accepté d'accompagner ce projet complètement fou !

  • Si  vous deviez retenir un moment fort du tournage ?

Il y en a eu tellement ! Nous sommes passés par tant de montagnes russes émotionnelles ! Bernard, à travers ce projet d'hommage à son idole, Albert Dieudonné, dans le village de Courçay, a vécu un rêve, l'aboutissement du projet de toute une vie... Mais je citerai sans doute le jour où Bernard a pu visiter la dernière maison d'Albert à Courçay. Ses actuels propriétaires ont été charmés (comme tout le monde) par Bernard et une réelle amitié s'est tissée entre eux.

Je citerai aussi le moment où Georges Mourier, de la Cinémathèque française, a dévoilé à Bernard les premières images restaurées du "Napoléon" de Gance aux studios Eclair à Paris.

  • Alors au final, des nouvelles de Francis Ford Coppola ?

Bernard a fait passer à Georges Mourier une de ses statuettes d'Albert Dieudonné en habit de Napoléon pour qu'il l'offre à Coppola lors d'un prochain voyage aux Etats-Unis (Coppola est très impliqué dans le projet de restauration du "Napoléon" de Gance avec la Cinémathèque). Malheureusement, la crise sanitaire actuelle a bouleversé pour le moment ces plans... Mais comme dirait l'Empereur, "Impossible n'est pas Français !". Rien n'est encore joué...

 

► "Bernard, Albert et l’Empereur", un documentaire d'Isabelle Ros produit par France 3 Centre-Val de Loire et Les Films de l'oeil sauvage. Première diffusion sur France 3 Centre-Val de Loire lundi 1er février à 23h et disponible en replay 30 jours après cette date.