• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Les documentaires de France 3 Centre-Val de Loire

Le lundi vers 23h00, un documentaire de 52 minutes raconte la vie des régions
Logo de l'émission Les documentaires de France 3 Centre-Val de Loire

Documentaire. “Ils font le Printemps” en immersion au Printemps de Bourges 2019

Corine avait chanté sur la scène du 22 l'an dernier. Cette année, elle participera à la soirée du samedi sur la grande scène du W. / © PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP
Corine avait chanté sur la scène du 22 l'an dernier. Cette année, elle participera à la soirée du samedi sur la grande scène du W. / © PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

Pendant les 6 jours que dure le Printemps de Bourges, l'équipe du film s'est immergé dans le festival à la rencontre des bénévoles et des artistes qui font le Printemps !

Par Nicolas Ricoud

Revoir l'émission

C’est le rendez-vous incontournable pour tous les amoureux de musique populaire. Chaque année au mois d’avril, le coeur de Bourges bat au rythme du plus grand festival de musiques actuelles. Pendant six jours, les plus grands noms de la chanson investissent les scènes du Printemps de Bourges. Une ambiance survoltée et des festivaliers toujours plus nombreux ! L’an dernier, 250 000 visiteurs s’y sont pressés pour acclamer leurs artistes préférés et profiter d’une programmation éclectique et foisonnante.

A côté du programme officiel : animations, expos, débats et concerts gratuits fleurissent un peu partout dans les rues de Bourges. Avec le « Printemps dans la ville », ce sont plus de 500 concerts qui sont proposés au public. Véritable lieu de création, le Printemps est aussi le plus grand rassemblement des professionnels de la musique en France.

Producteurs, managers et journalistes les plus influents de l’hexagone s'y donnent tous les ans rendez-vous pour échanger, capter les tendances de la saison à venir et repérer les stars de demain.
 

Rencontre avec ceux qui font le Printemps de Bourges

Mais derrière ce festival hors du commun se cache un impressionnant dispositif technique et logistique, insoupçonné par les festivaliers. Chaque année, ils sont 1200 à oeuvrer dans l’ombre pour offrir le meilleur au public.

Qui sont les hommes et les femmes qui donnent vie au Printemps de Bourges ? Comment travaillent-ils au quotidien pour réinventer ce festival chargé d’histoire et proposer une programmation toujours plus alléchante ? Quelles aventures humaines jalonnent cette formidable odyssée ?

Ce documentaire de 52 minutes produit par Morgane Productions est une plongée dans les coulisses de l'un des plus grands festivals de France. Nos équipes auront un accès privilégié aux recoins les plus secrets du Printemps de Bourges. Nous suivrons six personnes qui seront au coeur de la 43e édition du Festival.

Des personnalités attachantes et des histoires humaines fortes de transmission et de partage. Membres de l’équipe artistique, personnels de la sécurité, artistes, techniciens… Nous suivrons celles et ceux qui font le Printemps et les accompagnerons jour après jour dans cette aventure hors du commun.

Sans oublier les jeunes talents de la région Centre-Val-de-Loire. Car le Printemps est aussi un aboutissement pour de nombreux artistes en herbe qui rêvent de fouler les planches des mythiques scènes du Festival.

Grâce à chacun de nos fils rouges, nous vivrons ce marathon captivant de l'intérieur et dévoilerons tout ce que le public du Printemps de Bourges ne voit jamais. Le film fera enfin la part belle aux moments forts du Festival : les captations des meilleurs concerts viendront chapitrer les séquences en coulisses. Autant de parenthèses musicales qui nous permettront d’être au coeur de la 43e édition du Printemps de Bourges.

Sur cette photo publiée sur le compte Instagram du Printemps de Bourges, on découvre toute l'équipe qui travaille toute l'année pour le festival :
 

Avec Ephèbe, jeune artiste tourangeau

Avec Ephèbe, un artiste émergent de la région Centre-Val-de-Loire, au coeur de l’aventure Inouïs. A l’instar du groupe orléanais Angle Mort & Clignotant et du duo électro tourangeau Pékoké, Ephèbe est l'un des artistes les plus prometteurs de la région Centre Val-de-Loire dans l'aventure iNOUïS. Pour le chanteur pop de 24 ans comme tous les jeunes talents de l'hexagone, ce dispositif du Printemps de Bourges est un tremplin exceptionnel. L’immense espoir de se faire repérer par le milieu et de voir sa carrière décoller.

Voici un extrait du documentaire avec le concert du jeune artiste :

Présélectionné parmi plus de 3000 candidats, nous rencontrerons Ephèbe à Bourges lors d'une ultime audition, quatre mois avant le Festival. Le Tourangeau se produira sur la scène du Nadir avec les cinq groupes régionaux encore en lice pour espérer jouer au Printemps. Devant Rita Sa Rego, la directrice des iNOUïS, nous découvrirons comment Ephèbe va surmonter son trac et faire l'unanimité en concert. Avant de convaincre le jury ultra sélectif du tremplin musical quelques semaines plus tard à Paris.

Car notre caméra a exceptionnellement eu accès au vote final des iNOUïS, dans le plus grand secret des délibérations du jury.

De son audition à Bourges, jusqu’à sa prestation sur la scène du 22 d’Auron, nous suivrons au plus près le parcours incroyable d'Ephèbe. 

 

Avec Tyka, la responsable de la sécurité du festival

Son credo durant le Printemps : une vigilance de tous les instants. Depuis quatre ans, Tyka Raimundo joue un rôle clé dans le bon déroulement du festival : c'est elle qui est en charge de la sécurité. Son objectif : permettre aux milliers de festivaliers de profiter de l’événement en toute quiétude.

Pour garantir leur sécurité, elle travaille en étroite collaboration avec les pompiers, la préfecture et la mairie de Bourges. Chaque site retenu par l’équipe du Printemps est d’ailleurs soumis à leur validation. Incendie, attentat, mouvement de foule… aucun danger n’est sous-estimé par Tyka et ses équipes. Et pour s’assurer que toutes les mesures de sécurité ont été prises, une commission de sûreté est mise sur pied. Chaque matin, elle vient inspecter les différents sites où se dérouleront concerts et événements programmés. Un rendez-vous quotidien que Tyka ne peut pas manquer. En cas de problème, c’est elle qui s’active pour trouver en urgence une solution afin que tout puisse se dérouler comme prévu.

Tyka Raimundo supervise également les 200 agents de sûreté déployés sur le Festival. Elle veille à ce que chacun soit en place et respecte les consignes établies. Depuis les attentats de novembre 2015 et l’instauration du Plan Vigipirate, le dispositif de sécurité du Festival a été renforcé. Pour empêcher une attaque à la voiture bélier, des plots en béton ont été installés aux abords du site. Des palpations corporelles sont systématiquement effectuées à l’entrée des différentes salles de concerts et l’accès aux loges est extrêmement contrôlé.

De la mise en place de la commission de sureté à l’accueil des festivaliers, nous suivrons le quotidien haletant de Tyka et découvrirons l’impressionnant dispositif de sécurité du Printemps de Bourges.
 

Avec Pauline, la responsable de la communication régionale et de l’éducation culturelle du Printemps

Si le Printemps transforme la ville de Bourges et rayonne sur toute la région Centre-Val-de-Loire, c'est indéniablement grâce à Pauline Curel.

En charge de la communication régionale et de l'éducation culturelle du Festival, la jolie trentenaire travaille toute l'année d'arrache-pied pour ouvrir le Printemps de Bourges à tous les acteurs du territoire, quels que soient leurs milieux, quels que soient leurs âges. Car le festival ne se résume pas aux shows gigantesques des plus grandes stars du moment.

Le Printemps de Bourges, c'est aussi un événement culturel et social unique qui concerne l'ensemble de la population locale.

Mise en place du « Printemps dans la Ville » avec plus de 500 lives gratuits dans les bars, expositions et ateliers libres d'accès, collaboration avec les écoles du département... Pauline s'est donnée pour mission de faire découvrir la musique au plus grand nombre, « de démocratiser la culture sur tout le territoire », comme elle l'explique.

Dans les ruelles de la ville, à la rencontre des commerçants et des bars qui vibrent au rythme des concerts ou dans un collège de campagne, en pleine répétition d'une classe qui va chanter durant le Printemps, nous suivrons Pauline sur tous les fronts d'un festival plus que jamais ancré dans sa région.
 

Avec Pierre-Alexandre, un jeune chanteur du Printemps des collégiens

Direction Saint-Armand-Montrond, à une quarantaine de minutes de Bourges. Pierre-Alexandre est en 3e 3 au collège Jean Vallette. Sa classe fait partie des deux sélectionnées dans tout le département pour participer au Printemps des Collégiens. Pendant près de six mois, Pierre-Alexandre et ses camarades vont vivre une expérience inoubliable : s’entraîner pour se produire comme les plus grands artistes sur une des scènes du festival.

En compagnie de Pauline Curel et d'Anaïs Beauvais-Hardion, leur professeure accordéoniste, les collégiens ont choisi les chansons qu’ils interpréteront en avril sur la scène du Département du Cher. We Will Rock You de Queen et Face à la Mer de Calogero. Deux tubes dont ils ont réécrit les paroles avec malice et enthousiasme pour coller à la thématique des « Exclamations » du Printemps : « Européens ». L'Europe, un thème au coeur de l'actualité en cette année de Brexit et d'élections européennes.

A quelques semaines du Festival, les élèves de 3e 3 mettent les bouchées doubles pour être prêts le jour J. Mais entre excitation de côtoyer les stars et appréhension de chanter devant des centaines de spectateurs, pas toujours facile de se concentrer...

De leurs répétitions jusqu’au concert plein d'émotion au Cher-en-Scène, nous suivrons Pierre-Alexandre et ses camarades dans leur aventure du Printemps des Collégiens.
 

Avec Cécile, responsable des relations presse

A la croisée des chemins entre les journalistes et les artistes, le travail de Cécile Legros est un véritable numéro d’équilibriste. En amont du Festival, elle accrédite les différents médias qui couvriront la 43e édition du Printemps.

Plus de 400 journalistes au total ! De France Inter (le partenaire historique) au blog musical régional, Cécile use d’ingéniosité pour satisfaire au mieux les demandes de chacun. Son objectif : donner un maximum de visibilité à la programmation du Festival. Pour y parvenir, elle doit convaincre les gros labels de libérer des créneaux d’interviews pour leurs artistes mais aussi persuader les médias de mettre en lumière des groupes moins médiatiques. Cécile a d’ailleurs pour habitude de proposer des interviews avec les iNOUïS. Une belle façon de promouvoir le Printemps et l’occasion pour ces talents débutants de se frotter à la vie d’artiste. Pour Cécile, le Festival est un véritable marathon, dicté par un planning de promo bien chargé, mais où règne toujours la bonne humeur.

Après avoir installé une conférence de presse, direction le W pour raccompagner Zazie à sa loge. Le temps disponible de la chanteuse est limité. Alors sur le chemin du retour, elle a réussi à caler une interview avec un journaliste radio. Aux côtés de Cécile Legros, nous découvrirons les coulisses du Festival et irons à la rencontre des managers, tourneurs, assistants et journalistes qui, dans l’ombre, gravitent autour des artistes du Printemps de Bourges.
 

Avec Didier, le régisseur plateau du W

Régisseur plateau de la plus grande salle du Printemps de Bourges, Didier Verneuil est un véritable chef d’orchestre. Derrière le rideau, il veille à ce que tout soit prêt pour accueillir les artistes dans les meilleures conditions.

Une fois la scène montée, Didier et son équipe installent le matériel des différentes productions. Sur la zone technique du W, rien n’est laissé au hasard. Pour la sécurité de ses équipes, des artistes et du public, Didier veille à ce que le cahier des charges établi en amont par le directeur technique soit respecté à la lettre. Un câblage dans un passage, des caisses entreposées trop près du groupe électrogène… aucun danger ne lui échappe. Pendant le Festival, l’équipe technique du W se retrouve chaque matin pour effectuer les balances des concerts de la journée.

Micros, éclairage, retour écran… tout est testé avant l’arrivée des artistes.

Une fois le premier concert lancé, chacun est à son poste. Au total, 50 techniciens se travaillent sur la zone technique du W. Entre deux représentations, les équipes s’activent pour effectuer en 30 minutes le changement de plateau. Une enceinte qui grésille, une ultime exigence scénique à satisfaire, un projecteur en panne… Didier est sur le pont pour gérer les imprévus.

A ses côtés, nous découvrirons les back-stages du festival et irons à la rencontre des équipes techniques qui s’activent derrière les rideaux du W.
Voir cette publication sur Instagram

Le #PDB2019 débute demain ! Avec toi ?

Une publication partagée par Le Printemps De Bourges (@printempsdb) le

 

Un documentaire diffusé le lundi 22 avril 2019

Rendez-vous le lundi 22 avril, juste après le Printemps de Bourges, pour découvrir le film documentaire "Ils font le Printemps", diffusé à 23h40 sur France 3 Centre-Val de Loire.

 

A lire aussi

Reportage Fête de la lumière