• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Eure-et-Loir : l'homme qui aurait tué son père à coups de batte de baseball en détention provisoire

Au palais de justice de Chartres. / © Didier Le Pape - France 3 Centre-Val de Loire
Au palais de justice de Chartres. / © Didier Le Pape - France 3 Centre-Val de Loire

Un jeune homme de 22 ans a été placé en détention provisoire le 22 janvier dernier, à sa sortie de l'hôpital psychiatrique du Coudray, a-t-on appris de source judiciaire. Il est soupçonné d'avoir tué son père à coups de batte de baseball à Champhol, fin novembre 2018.

Par France 3 Centre-Val de Loire

Un parricide dû à une crise de folie ? C'est en tout l'hypothèse qui avait été émise au lendemain du drame.

Le vendredi 23 novembre, aux alentours de 6h du matin, un homme a été attaqué par son fils à son domicile à Champhol, au nord de Chartres (Eure-et-Loir).
Champhol, au nord de Chartres. / © France 3 Centre-Val de Loire
Champhol, au nord de Chartres. / © France 3 Centre-Val de Loire


Rappel des faits

Le jeune homme de 22 ans aurait frappé son père à la tête à plusieurs reprises avec une batte de baseball. Des coups qui auraient entraîné le décès de l'homme de 54 ans.

Le fils aurait pris la fuite. Selon des informations de L'Echo républicain, il aurait été interpellé quelques centaines de mètres plus loin au volant d’un fourgon qu’il tentait de dérober.

C’est le propriétaire du véhicule qui avait contacté la police, car il avait surpris le voleur et ce dernier lui aurait confié qu’il venait de commettre un meurtre.
 

En attente d'expertises

Soupçonné d'être atteint schizophrénie, le jeune homme avait été placé au service psychiatrique de l’hôpital Henry-Ey du Coudray. Après soixante jours d’hospitalisation, il en est sorti mardi 22 janvier, et a été immédiatement arrêté. 

Il a été placé en détention provisoire à Orléans, dans un service médicalisé. D’autres expertises sur son état mental doivent être effectuées.

Si les expertises montrent que la maladie a aboli son discernement au moment des faits, il pourrait être déclaré irresponsable d'un point de vue pénal. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus