Eure-et-Loir : le manque de personnel met en danger les résidents de l'EHPAD de Gallardon

© France 3 Centre-Val de Loire
© France 3 Centre-Val de Loire

La situation de la maison de retraite est critique. La sécurité des résidents est remise en cause en raison des arrêts maladie du personnel qui ne cessent de s'accumuler, et l'établissement ne parvient pas à recruter.
 

Par France 3 Centre-Val de Loire

80 résidents et trop peu d'aides-soignants, l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Gallardon, en Eure-et-Loir, est en sous-effectif cet été. L'établissement connaît un taux de présentéisme fortement en baisse avec 30% de son personnel en moins. Certains sont en congés et presque une dizaine est en arrêt maladie.

"On avait mis en garde l'ARS [agence régionale de santé] et aujourd'hui on se retrouve face à une crise alors que des mesures auraient du être prises bien avant", s'agace Pascal Marchand, du syndicat Force ouvrière santé Eure-et-Loir. "La directrice dit avoir reçu 45 CV, que Pôle emploi lui a envoyé 40 candidatures, qu'elle souhaiterait deux ou trois postes... On est un petit peu surpris que sur 45 candidats potentiels aucun ne fasse l'affaire", conclut dubitativement le réprésentant syndical.

En effet, aucune de ces candidatures n'a abouti. Mais, parallèlement, la situation géographique et la réputation de l'établissement rebutent les candidats. En 2016, la moitié du personnel était entrée en grève contre l'ancienne direction pour dénoncer un harcèlement moral.

Aujourd'hui, la direction a changé, mais elle n'arrive toujours pas à recruter. "On est arrivé à palier le mois de juillet et d'août avec les contrats d'été. Cependant, dès septembre, on va se retrouver sans CDD et sans ressources", déplore Sandrine Caron, directrice de l'EHPAD de Gallardon.

De son côté, l'ARS a confirmé avoir été alertée par la direction de la maison de retraite au mois de juillet et avoir appuyé les recherches de personnel pour l'établissement durant tout l'été. Elle a également affirmé être en passe de trouver une solution pour combler le manque d'effectif : 2 à 3 aides-soignants venant d'autres établissements euréliens pourraient venir en renfort.

Une solution à court terme pour l'EHPAD, le temps de recruter de nouveaux profils, si elle y arrive.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Inauguration du centre de formation de l'ADA Blois Basket 41

Les + Lus