Résultats législatives : Guillaume Kasbarian député de la majorité qualifié, la NUPES réussit son pari seulement dans la 1re circonscription d'Eure-et-Loir

La circonscription de Chartres réserve quelques surprises : c'est la seule du département où un candidat de la Nupes passe au second tour. Surtout, les représentants LR ou RN sont éliminés dès ce premier tour des législatives 2022.

La circonscription de Chartres fait figure d'exception dans le département. Certes, comme les trois autres circonscriptions d'Eure-et-Loir, elle voit le député sortant - en l'occurrence Guillaume Kasbarian (LREM investi par Ensemble) - arriver en tête avec 31,32% des suffrages. 

Mais les similitudes s'arrêtent là. Non seulement, elle ne voit aucun candidat d'extrême droite accéder au second tour, mais elle est aussi la seule qui voit un candidat de la Nupes en ballottage sur le département. Il s'agit de l'écologiste Quentin Guillemain qui cumule 22,83%. 

Elu au conseil municipal de Chartres en 2020, il fait partie des opposants au maire Jean-Pierre-Gorges, avec qui les passes d'armes sont régulières. Il est par ailleurs président de l'association de familles victimes du lait contaminé Lactalis en 2017.

La guerre à droite

Ce ballottage en sa faveur est une "bonne nouvelle", mais aussi "une responsabilité supplémentaire". "On est dans un territoire où la droite a gagné toutes les élections depuis un certain temps, rappelle-t-il. Et on voit bien qu’ici, il y a une possibilité de gagner, dans une ville comme Chartres où on a un maire de droite qui avait deux candidats, on fait mieux que ces deux candidats réunis donc c’est un espoir qu’on va essayer de relever."

Des propos à expliciter et nuancer : sur ces terres de droite, la campagne de ces législatives 2022 a été marquée par la guerre entre deux candidats LR pour obtenir l’investiture du parti. D’un côté, Ladislas Vergne, ancien adjoint du maire de Chartres Jean-Pierre Gorges, depuis démis de ses fonctions et désavoué ; de l'autre, Karine Dorange, une fidèle de l’édile. 

Le premier avait reçu officiellement le soutien des Républicains, ce qui n’avait pas empêché la seconde de maintenir sa candidature en tant que dissidente. Au final cette division les aura desservi puisqu'ils ont tous deux obtenu un peu plus de 8% des suffrages (respectivement 8,81% et 8,39%).

Le candidat RN est même passé devant eux avec 18,72% des votes. Les quatre autres candidats ont fait moins de 5%.

8 points d'avance pour le sortant

Avec son avance de plus de huit points sur le candidat de la Nupes, le député sortant LREM Guillaume Kasbarian semble récolter les fruits de ses cinq années à l'Assemblée nationale et sur la circonscription de Chartres.

En 2017, ce dernier, issu de la société civile et nouveau en politique, était arrivé en tête du premier tour avec 37,1% des voix devant le Républicain Franck Masselus (22,2%) et la frontiste Sylvie Rouxel (12,7%). Une place qu’il avait confirmé au second tour avec 55,18% des voix. Il avait ravi cette circonscription à la droite qui la détenait depuis 2002.

Interrogé en duplex ce dimanche soir sur France 3 Centre-Val de Loire, le marcheur a tenu à remercier ses électeurs, même s'il rappelle que "rien n’est joué" : "il faut qu’on ait une majorité solide à l’Assemblée nationale et donc il va falloir se battre lors cet entre-deux tours pour aller décrocher siège par siège cette majorité et faire en sorte que nous ayons 289 sièges à l’Assemblée nationale".

L'abstention première

Il a aussi voulu faire part de son sentiment de "vigilance". "Un Français sur deux ne s’est pas déplacé pour aller voter, ça doit tous nous interpeler, il faut qu’on ait des réponses démocratiques sur le pouvoir d’achat, sur tout ce qui concerne les Français au quotidien pour enrayer cette abstention inquiétante", souligne-t-il. 

Un constat partagé par son adversaire du second tour. "On a un taux d’abstention très élevé, c’est le premier victorieux de ce scrutin", constate Quentin Guillemain.

"J’espère que les personnes, qui expriment par l’abstention ou le vote d’extrême droite leur colère, sauront faire le bon choix au second tour [...] pour faire en sorte que la gauche et les écologistes remportent ce scrutin."

Dans la circonscription, la participation ne dépasse pas les 50% puisqu'elle atteint 49,32%.