Carte – Les résultats du 1er tour des élections législatives 2022 en Eure-et-Loir

Publié le Mis à jour le

Suivez les résultats du premier tour des élections législatives dans les quatre circonscriptions de l’Eure-et-Loir.

Après la victoire d’Emmanuel Macron au scrutin présidentiel en avril dernier, les électeurs se sont rendus aux urnes ce dimanche 12 juin, pour déterminer quels députés allaient les représenter à l’Assemblée nationale, et donner (ou non) une majorité au président de la République et à son gouvernement.

Nous vous proposons de découvrir comment les habitants des quatre circonscriptions d’Eure-et-Loir ont voté pour ce premier tour des élections législatives 2022, et s’ils ont voté. L’abstention en 2017 avait atteint 50,2% dans le département au premier tour. 

Les résultats en temps réel juste ici :

1re circonscription : G. Kasbarian et Q. Guillemain en ballottage

Petite surprise sur la 1re circonscription, qui regroupe le bassin chartrain et une partie Est du département. Face au député sortant Guillaume Kasbarian (Renaissance) qui arrive en tête avec 31,32% des suffrages, il n'y a pas un candidat de droite mais celui de la Nupes, Quentin Guillemain, qui cumule 22,83%.

Lors des dernières élections municipales et départementales, ce territoire était clairement ancré à droite. Or, la campagne de ces législatives 2022 a été marquée par la guerre entre deux candidats LR pour obtenir l’investiture du parti, en l'occurrence Ladislas Vergne et Karine Dorange.

Au final cette division les aura sans doute desservi puisqu'ils ont tous deux obtenu un peu plus de 8% des suffrages. Le candidat RN est même passé devant eux avec 18,72% des votes. Les quatre autres candidats ont fait moins de 5%.

Avec son avance de plus de huit points sur le candidat de la Nupes, le député sortant LREM Guillaume Kasbarian semble récolter les fruits de ses cinq années à l'Assemblée nationale et sur la circonscription de Chartres. En 2017, ce dernier, issu de la société civile et nouveau en politique, était arrivé en tête du premier tour avec 37,1% des voix devant le Républicain Franck Masselus (22,2%) et la frontiste Sylvie Rouxel (12,7%). Une place qu’il avait confirmé au second tour avec 55,18% des voix. Il avait ravi cette circonscription à la droite qui la détenait depuis 2002. 

Interrogé en duplex ce dimanche soir sur France 3 Centre-Val de Loire, le marcheur a tenu à remercier ses électeurs avant de parler de "vigilance". "Un Français sur deux ne s’est pas déplacé pour aller voter, ça doit tous nous interpeler, il faut qu’on ait des réponses démocratiques sur le pouvoir d’achat, sur tout ce qui concerne les Français au quotidien pour enrayer cette abstention inquiétante", souligne-t-il.

Un constat partagé par son adversaire du second tour, l'écologiste Quentin Guillemain, élu de l'opposition au conseil municipal de Chartres. "On a un taux d’abstention très élevé, c’est le premier victorieux de ce scrutin et il va falloir chercher les abstentionnistes, il faut que les gens se mobilisent pour que je puisse gagner ce second tour", constate-t-il.

Il est le seul candidat de gauche à être en ballottage sur l'ensemble de l'Eure-et-Loir. Une "bonne nouvelle", mais aussi "une responsabilité supplémentaire". "On est dans un territoire où la droite a gagné toutes les élections depuis un certain temps, rappelle-t-il. Donc c’est un espoir qu’on va essayer de relever."

2e circonscription : O. Marleix et A. Nikolic au second tour

A l’inverse des premières estimations nationales où la majorité présidentielle et la Nupes sont au coude-à-coude, la 2e circonscription d’Eure-et-Loir voit s’affronter au second tour les Républicains avec Olivier Marleix (28,37%) et le Rassemblement national avec Aleksandar Nikolic (24,50%).  

Le duel était attendu dans cette circonscription qui s'étend sur le Nord du département avec Dreux pour centre, où le vote est historiquement ancré à droite.

Olivier Marleix est en effet président de la fédération départementale Les Républicains. Elu la première fois en 2012, il s’était représenté en 2017. Il y a cinq ans, il était au coude-à-coude au premier tour avec la candidate LREM Claire Tassadit-Houd (avec respectivement 29,12% et 29,24% des voix). La différence s’était faite au second tour où Olivier Marleix avait réuni 59,38 % des bulletins.

Cette fois, la différence est plus importante mais le candidat d'extrême-droite suit malgré tout de près le député sortant.

Sur le plateau de France 3 Centre-Val de Loire, Aleksandar Nikolic a réagi en direct sur son passage au second tour. Très souriant à l'annonce des résultats, il a moins parlé des suffrages en sa faveur que des voix réunies par le Rassemblement national :"Sur la majorité de ce que je vois, on est au second tour. C’est vraiment source d’espoir, il y a beaucoup de circonscriptions où on a la possibilité de l’emporter s’il y a une mobilisation similaire à celle de la présidentielle."

Les 10 autres candidats sont donc éliminés. La Nupes n’a pas réussi à rassembler comme au niveau national, puisque se dressaient trois candidats de gauche et d’extrême gauche et une candidate écologiste face à l’insoumis Kévin Boëté. Ce dernier a quand même réussi à engranger 18,65% des voix. Le candidat de la majorité présidentielle Maxime David a quant à lui obtenu 16,39% des votes. Les autres prétendants au siège de député ont fait 3% ou moins.

3e circonscription : L. Lamirault et R. Flaunet en ballottage

Au-delà de sa délimitation géographique mi-urbaine / mi-rurale qui s’étend de Lucé à Nogent-le-Rotrou, la circonscription d'Eure-et-Loir a une autre particularité : elle  comptait le plus de prétendants au siège de député avec pas moins de 13 candidats.

C'est finalement le député sortant investi par la majorité présidentielle, Luc Lamirault (Horizons), qui arrive en tête avec 28,87% des voix, suivi de la candidate d'extrême droite Régine Flaunet (RN) qui réunit 24,56% des suffrages.

C'est une première pour les deux candidats. Luc Lamirault n'avait en effet pas été élu comme titulaire en 2017, mais était suppléant de Laure de la Raudière (groupe Agir ensemble et Horizons), député depuis 2007. Mais elle a été nommée présidente de l’Arcep (le gendarme des télécoms). Elle a donc abandonné son mandat, et passé le relais à Luc Lamirault en janvier 2021.

Face à lui, Régine Flaunet. C'est la première fois que cette conseillère régionale se présente sur cette 3e circonscription aux législatives. Elle était malgré tout optimiste au vu des bons résultats du RN sur ce territoire lors de l'élection présidentielle.

Derrière eux arrivent la candidate de la Nupes, Valéria Orfila qui cumule 19,08% des suffrages. En 4e, le maire de Lèves Rémi Martial (LR) n'a obtenu que 8,91% des voix.

4e circonscription : Ph. Vigier et V. de Oliveira au second tour  

Peu de surprises sur cette circonscription rurale qui embrasse le Sud du département et a pour pôle principal Châteaudun. Philippe Vigier, député MoDem depuis 2007 et investi par Ensemble, arrive en tête de ce premier tour avec 42,66% des suffrages. Il affrontera au second tour la candidate du Rassemblement national Virginia de Oliveira qui réunit 24,51% des voix.

L'écart de 18 points est élevé mais logique. Depuis 2007, la 4e circonscription est en effet le bastion de Philippe Vigier (Union des démocrates, radicaux et libéraux), qui avait été élu député dès le premier tour en 2007 et 2012.

Il avait à nouveau remporté le scrutin en 2017, au second tour cette fois, avec 70,38% face à la candidate de la République en Marche, Clémence Rouvier. Mais surprise, cinq ans après avoir laminé le parti d’Emmanuel Macron, Philippe Vigier est investi… par la majorité présidentielle. Visiblement, ce changement n'a pas influé sur le choix des électeurs qui ont récompensé l'ancrage local.

Si Virginia de Oliveira est implantée en Eure-et-Loir, elle l'est plutôt dans le Nord du département puisqu'elle était sur la liste Rassemblement national d'Aleksandar Nikolic lors des municipales 2020 à Saint-Rémy-sur-Avre. Cette conseillère régionale a malgré tout réussi à obtenir près d'un quart des voix dans le Dunois.

Le candidat de la Nupes Mathieu Gaston, qui se présentait pour la 1re fois, a engrangé 15,42% des voix. Investie par Les Républicains, Elisabeth Meyblum a rassemblé quant à elle 7,49% des suffrages. Les cinq autres candidats, qui vont de l'extrême gauche à l'extrême droite, ont obtenu entre 0% et 5,10% des votes.

Et en 2017 ?

Au premier tour des élections de 2017, toutes circonscriptions confondues, la droite était arrivée en tête en Eure-et-Loir, comme le montre ce graphique.