Projet de l'Autoroute 154 : "on a vraiment besoin de garder nos terres agricoles" ! Des opposants manifestent à Chartres

Une manifestation est prévue ce samedi (07 octobre) à 14h30, place des Épars, à Chartres (Eure-et-Loir). Elle est organisée par les opposants à l’A154. Ils veulent mettre la pression sur le gouvernement qui réfléchit à l’abandon de certains projets autoroutiers.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L’A154 verra-t-elle un jour, comme l'affirmait sur notre antenne Philippe Vigier, l'ancien député Modem d'Eure-et-Loir ? Ou fait-elle partie des projets autoroutiers qui seront abandonnés, comme annoncé le 26 septembre dernier, par le ministre des transports ? "À l'heure de la planification écologique, on ne peut pas faire comme avant", disait Clément Beaune.

Pour mettre la pression sur le gouvernement, le collectif "Non à l'A154/A120" organise une manifestation ce samedi (07 octobre). L’A154 doit en principe relier Dreux à Orléans, soit 90 km de routes payantes. D’ici 2030, des tronçons de l’actuelle RN154 doivent, en principe, être aménagés.

Préserver des terres agricoles

Le long de l’axe routier, à Challet, Amandine Dupuy cultive de la luzerne en bio sur 13 hectares de terre. Elle craint d’en perdre une partie avec l’arrivée de la future autoroute. “Selon la zone que va choisir le concessionnaire, je pourrais perdre de la terre. Qu’on me propose des compensations ailleurs sur des terres en conventionnel à convertir, ce que je refuse”, explique-t-elle.“Pour moi, c’est un retour en arrière dans un contexte où on a vraiment besoin de garder nos terres agricoles".

Artificialisation de terres agricoles, nuisances sonores, pollution… L’agricultrice redoute les conséquences de l’implantation de l’autoroute. Mais pour ses défenseurs, l’A154 répond à des impératifs de développement économique. “Ça va desservir les zones industrielles qu’il y a sur le secteur de Chartres et sur le sud du département", détaille Bruno Rocquain, président de la chambre de commerce et d’industrie d’Eure-et-Loir. "On a actuellement une forte demande des entreprises logistiques sur notre secteur. La région Centre-Val de Loire est quand même le Centre de la France. Tout le trafic routier passe en grande partie sur ce secteur-là”. La désignation du concessionnaire est attendue avant la fin de l’année. La mise en service de l’autoroute est prévue pour 2030.

Écrit avec Alexis Delacour.