Châteaudun : les dons accrochés sur un arbre du centre-ville à destination des démunis ont été retirés par la mairie

Les dons (essentiellement des vêtements) étaient accrochés depuis la semaine dernière sur un arbre du centre-ville. Des dons destinés aux personnes dans le besoin. Les services municipaux ont tout enlevé. Pour remplacer "l'arbre à écharpes", une commerçante met à disposition son panneau publicitaire
L'arbre aux écharpes a offert de jolies fruits en laine jusqu'à mardi.
L'arbre aux écharpes a offert de jolies fruits en laine jusqu'à mardi. © Annemarie Devillechabrolle / Capture Facebook
"L'arbre à écharpes" était-il une manifestation non-autorisée sur la voie publique ? C'est en tout cas ce qu'ont considéré les services municipaux de Châteaudun. Mercredi, ils ont retiré les sacs en plastiques punaisés sur l'écorce de l'arbre de la place du 18-octobre, qui contenaient des vêtements de première nécessité destinés aux plus démunis de la ville.
 
"Vous imaginez si tout le monde affichait tout partout ?", s'interroge-t-on au cabinet du maire. Selon le code de l'environnement, les affichages doivent être restreints à des espaces réservés par la mairie. Ce qui n'était pas le cas pour "l'arbre aux dons".

Les initiateurs de ce projet solidaire expliquent avoir voulu "simplement aider les gens", et ont manifesté leur incompréhension. De son côté, la mairie dit les avoir invités à formuler une demande en bonne et due forme.
 

"Un petit peu d'humanité, ça ne fait de mal à personne"


Alors en attendant qu'un nouvel arbre se couvre de fruits de laine, une commerçante du centre-ville a décidé de proposer son aide sur le groupe Facebook "Quand tu aimes Châteaudun et ses environs".
 
Le panneau publicitaire de la Siègerie du 28 situé rue de la République, à droite de la photo.
Le panneau publicitaire de la Siègerie du 28 situé rue de la République, à droite de la photo. © Capture Google Street View

"Un peu d'humanité, ça ne fait de mal à personne. Donc j'étais pas mal frustrée quand tout a été retiré", explique Raphaëlle Pichon de la Siègerie du 28. Elle a alors choisi de mettre à disposition son petit panneau publicitaire, situé en face de la pharmacie de la rue de la République, pour y accrocher de nouveau dons.

"Visiblement, étant donné que je paie mon emplacement, le panneau m'appartient, détaille-t-elle. Ca semble logique !" Raphaëlle Pichon ne compte pas s'investir dans de l'organisation, mais passe un appel : "J'ai lancé, maintenant les gens font ce qu'ils veulent avec mon panneau. Je ne veux juste pas qu'il soit abimé."
 ²
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société sdf