Coronavirus : les infirmières du Sud de l’Eure-et-Loir demandent des housses de protection… aux garagistes

Image d'illustration / © Gaetan Bally / Keystone / MaxPPP
Image d'illustration / © Gaetan Bally / Keystone / MaxPPP

Les infirmières peuvent sans le vouloir propager le coronavirus, avec une trentaine de visites quotidiennes à domicile pour chacune d'entre elles. Dans la région de Châteaudun a donc été lancé un appel aux dons de housses jetables en plastique pour sièges de voiture. Avis aux garagistes ! 

Par Julie Postollec

Des housses en plastique sur le siège conducteur comme celles fournies par les garagistes, à changer après chaque visite au domicile d’un patient. L’idée peut sembler loufoque. Elle est pourtant pertinente en cette période de confinement où toutes les mesures sont bonnes pour ralentir la propagation du virus.

"L’idée est venue des infirmières libérales, pour protéger leurs voitures", explique le Dr Bertrand Joseph, médecin généraliste à Châteaudun et président de la communauté professionnelle territoriale de santé du Sud de l’Eure-et-Loir (CPTS Sud 28).

La CPTS Sud 28 a donc relayé cette idée pour les infirmières, mais aussi les aides à domicile et les médecins qui peuvent aller chez leurs patients dans certains cas.

"Ce qui est affolant, c’est qu’on envoie au front des infirmières avec des masques chirurgicaux, mais elles ne sont pas protégées, elles rentrent au domicile des patients, en sortent, reprennent leur véhicule", s’inquiète le Dr Joseph.

 

750 visites à domicile par jour

Or en allant chez une personne porteuse du virus, les infirmières et aides à domiciles peuvent l’avoir sur elles, l’amener dans leur voiture, sur le revêtement du siège "qui garde les microbes assez longtemps", précise le médecin. Potentiellement, "on transmet le virus à tout le monde".

D’où l’idée de mettre une housse jetable en plastique comme peut en mettre le garagiste lors d'un contrôle technique. L'infirmière en aurait un stock et changerait la protection à chaque fois qu’elle sort de chez un patient. "On ne peut pas être stérile à 100% mais cela permet de limiter les dégâts", explique le Dr Joseph.
 
Pour éviter de contaminer leur véhicule avec le coronavirus, les infirmières souhaitent mettre sur leur siège auto une housse de protection. / © Christophe Carin / France Télévisions
Pour éviter de contaminer leur véhicule avec le coronavirus, les infirmières souhaitent mettre sur leur siège auto une housse de protection. / © Christophe Carin / France Télévisions


Car ces soignants bougent. Sans compter les aides à domicile, "57 infirmières font actuellement une trentaine de déplacements par jour. L’effectif va sûrement être réduit de moitié, car certaines sont malades, d’autres ont moins d’activités." Même avec la moitié des soignantes, cela représente malgré tout 750 déplacements d'infirmières par jour juste dans le Dunois.

"Donc il faut réfléchir à comment éviter d’entretenir cette épidémie, comment l’arrêter avec ces gestes barrières", insiste le médecin.

 

Un appel aux dons de masques chirurgicaux

La CPTS Sud 28 lance donc un appel aux dons de housses en plastique jetables pour les sièges auto, un appel adressé aux garagistes mais aussi aux particuliers. Elle demande aussi des masques.

"On a fait la provision nécessaire de masques FFP2 pour protéger les professionnels, on a eu aussi une dotation de masques chirurgicaux pour les infirmières, les pharmaciens, les collaborateurs", reconnaît le Dr Joseph. "Mais ce qu’on veut, c’est que ces masques chirurgicaux servent pour les patients surtout. Vous toussez, vous êtes un peu grippé, on vous colle tout de suite un masque chirurgical anti-projection."

On lance un appel aux dons de masques chirurgicaux parce qu’on n’en a pas assez pour protéger les patients qui sortent.

Tout matériel est à amener à la pharmacie la plus proche de chez vous, dans le secteur dunois. Les officines sont prévenues de la possible réception de dons.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus