Coronavirus : la région Centre-Val de Loire et ses collectivités achètent deux millions de masques de protection

Si la France avait des stocks il y a quelques années, ce n'est aujourd'hui plus le cas. Face à la pénurie, la région Centre-Val de Loire prend les devants

Un caisson de masques de protection - Photo d'illustration
Un caisson de masques de protection - Photo d'illustration © LE TELEGRAMME/MAXPPP
Ils seront destinés "aux acteurs de la santé, aux intervenants à domicile, aux personnels des entreprises de la chaine alimentaire et à tous ceux pour lesquels ils sont indispensables", selon le communiqué diffusé ce 25 mars.

La région Centre-Val de Loire a pris la décision d'acheter un million de masques de protection. Avec la participation des départements, métropoles et agglomération, ce chiffre a pu être doublé. "Ce sont plus de deux millions de masques qui sont désormais commandés", assure l'autorité régionale.

Un moyen de faire face à la pénurie de masques qui affole ces dernières semaines les professionnels de santé mais aussi tous ceux qui doivent toujours se rendre au travail malgré le confinement décrété le 17 mars.
 

Un stock dilapidé au fil des ans


Pourtant, la France avait des stocks, comme le rappelle Le Monde, qui datent de la crise du H1N1 et des commandes massives de l'ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot. "Fin 2009, la France dispose ainsi de 723 millions de masques FFP2, et de 1 milliard de masques chirurgicaux (...) Mais l’impact du H1N1 en France reste modéré. Roselyne Bachelot est moquée" rappelle le quotidien. Le stock, lui, est externalisé, partagé entre "des milliers d'acteurs".

Mais c'est un chiffre bien différent qu'annonce le nouveau ministre le 21 mars lors d'un point presse d'urgence. Il ne reste à la France que 5 millions de masques FFP2, les plus efficaces, et 81 millions de masques chirurgicaux. Les besoins, eux, sont estimés à "24 millions de masques par semaine." Même si le ministère a annoncé dès le 3 mars la réquisition des stocks, et assure avoir commandé 250 millions de masques à l'étranger, et pouvoir en produire 8 millions par semaine dès avril, les délais de livraison sont incertains. Région avec la plus faible densité médicale de France continentale, le Centre-Val de Loire prend aujourd'hui les devants.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société region centre-val de loire