Eure-et-Loir : un suspect mis en examen et écroué dans l'affaire du meurtre du dentiste retrouvé ligoté à Coulombs

Le chirurgien-dentiste de 53 ans a été retrouvé mort à de Coulombs (Eure-et-Loir), ce lundi 17 février. / © Etienne Breil/France 3 Centre-Val-de-Loire
Le chirurgien-dentiste de 53 ans a été retrouvé mort à de Coulombs (Eure-et-Loir), ce lundi 17 février. / © Etienne Breil/France 3 Centre-Val-de-Loire

Un homme d'une trentaine d'années a été interpellé vendredi 21 février et mis en examen dans le cadre de la mort d'un dentiste de 53 ans, retrouvé à son domicile de Coulombs lundi 17 février, ligoté dans une bâche en plastique. Le suspect serait l'amant de la victime.

Par Sophie Maréchal

"L'affaire est complexe", a précédemment souligné le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin. Pour autant, les enquêteurs de la section de recherche de la gendarmerie d'Orléans tiennent une première piste. Vendredi 21 février, ils ont interpellé un suspect : un homme d'une trentaine d'années, habitant l'Essonne, amant de la victime. 
 

Le trentenaire, connu des services de police, est soupçonné d'avoir pris part au meurtre de Jorge Brion, un dentiste de 53 ans, dont le corps a été retrouvé dénudé, recouvert d'un drap et ligoté dans une bâche en plastique, lundi 17 février, à son domicile de Coulombs, en Eure-et-Loir


Un jeu sexuel qui aurait mal tourné ? 

"Au cours de sa garde-à-vue, l’intéressé a fait des déclarations évolutives et contradictoires au fur et à mesure que les enquêteurs lui faisaient part des éléments découverts à son encontre, et notamment du fait que des objets appartenant à la victime aient été retrouvés dans des poubelles situées à proximité de son domicile, rapporte le procureur de la République au cours d'une conférence de presse donnée ce lundi 24 février.

Lui et M. Brion auraient consommé tous les deux divers produits stupéfiants, puis ils se seraient livrés à des jeux sexuels de type dominé / dominant. Alors qu’à un moment M. Brion jouait le rôle du dominé, attaché par une corde, et que [le suspect] était le dominant, celui-ci aurait accidentellement blessé son partenaire au poignet gauche au moyen d’un couteau."

Si les éléments de la scène de crime laissent supposer un jeu intime qui aurait mal tourné, les gendarmes envisagent des motivations plus sombres, peut-être un acte prémédité mêlant sexe et argent.
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus