Eure-et-Loir : un dentiste retrouvé mort à Coulombs, possible piste criminelle

Le chirurgien-dentiste de 53 ans a été retrouvé mort à de Coulombs (Eure-et-Loir), ce lundi 17 février. / © Etienne Breil/France 3 Centre-Val-de-Loire
Le chirurgien-dentiste de 53 ans a été retrouvé mort à de Coulombs (Eure-et-Loir), ce lundi 17 février. / © Etienne Breil/France 3 Centre-Val-de-Loire

Un chirurgien-dentiste de 53 ans a été retrouvé mort, ce lundi 17 février, à son domicile de Coulombs (Eure-et-Loir), près de Dreux. La piste criminelle n'est pas écartée.

Par Antoine Belhassen

Un chirurgien-dentiste a été retrouvé mort, ce lundi 17 février, à son domicile de Coulombs (Eure-et-Loir), près de Dreux. Les gendarmes sont arrivés sur place, rue de Sully, en fin de journée suite aux signalements de son entourage. L'homme âgé de 53 ans ne donnait plus de ses nouvelles et ne répondait plus au téléphone.

"La victime, un dentiste exerçant son activité à Dourdan (Essonne), ne s'est pas rendu à son cabinet dans la journée, ce qui a inquiété ses employés", explique le procureur de la République à Chartres, Rémi Coutin. "Lorsque les gendarmes se sont rendus au domicile de la victime qui, semble-t-il, vivait seule, ils ont constaté qu'une porte à l'arrière de sa maison était restée ouverte. Ils ont alors progressé à l'intérieur jusqu'à la chambre où se trouvait le corps enveloppé"

Les forces de l'ordre ont découvert son corps enveloppé dans une bâche entourée de cordes. Ces circonstances portent à croire qu'il s'agit d'un acte criminel, selon la compagnie de gendarmerie de Dreux. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme âgé de 53 ans, né à Buenos Aires (Argentine) et dont la justice ignore encore la nationalité, serait décédé par asphyxie. Son corps a été ligoté à l'intérieur d'une bâche, avec notamment des liens serrés au niveau du cou, selon le procureur.

Selon les dires du voisinage, l'homme aurait acheté cette maison il y a près d'un an et demi. Celui qui exerçait dans l'Essonne y aurait fait quelques travaux, mais n'aurait séjourné que de manières occasionnelles dans cette résidence de Coulombs. Il restait très méconnu de ses voisins.

Ce mardi 18 février, la gendarmerie était toujours sur place. Des recherches sont toujours en cours. Une enquête de flagrance pour homicide volontaire a été ouverte par le parquet de Chartres qui a mobilisé une quinzaine d'enquêteurs de la brigade de recherches de Dreux et de la section de recherches d'Orléans. Une autopsie devrait être réalisée dans les prochains jours afin de déterminer l'origine du décès.
 

Sur le même sujet

Les + Lus