• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Firmine Richard et Gil Alma près de Dreux pour le tournage d'un court métrage avec des jeunes des quartiers prioritaires

Les jeunes des quartiers prioritaires de Chartres, Dreux et Vernouillet donnent la réplique à Firmine Richard et Gil Alma, comédiens professionnels. / © Ch. Chapiotin, F3 Centre-Val de Loire
Les jeunes des quartiers prioritaires de Chartres, Dreux et Vernouillet donnent la réplique à Firmine Richard et Gil Alma, comédiens professionnels. / © Ch. Chapiotin, F3 Centre-Val de Loire

Le tournage d'Inch'Allah Tatie Danielle débute ce lundi 24 juin dans une chèvrerie de Mézières-en-Drouais, près de Dreux. Face à la caméra dirigée par Véronique Mériadec et Gérald Massé, deux comédiens professionnels, et de jeunes Euréliens issus de quartiers prioritaires.

Par Christelle Chapiotin

Après avoir obtenu de nombreux prix pour son film "En mille morceaux", un huis-clos entre la femme et le meurtrier de son enfant, la Drouaise Véronique Mériadec se lance dans la réalisation d'un court métrage : Inch'Allah Tatie Danielle
.Cette fiction, co-réalisée avec l'auteur eurélien Gérald Massé, met en avant la confrontation de deux mondes qu'à priori tout oppose.

Elle raconte l'histoire de six jeunes délinquants mineurs, issus de quartiers dits prioritaires, amenés à travailler dans une chèvrerie pour échapper à la prison.

C'est ainsi qu'avec Julien, leur éducateur, ils débarquent chez Annabelle, une Antillaise veuve et fatiguée.
"Inch'Allah Tatie Danielle" se déroule dans une bergerie. / © Ch. Chapiotin, F3 Centre-Val de Loire
"Inch'Allah Tatie Danielle" se déroule dans une bergerie. / © Ch. Chapiotin, F3 Centre-Val de Loire
 
Le rôle d'Annabelle a été confié à Firmine Richard, héroïne des petits et des grands écrans, celui de Julien est tenu par Gil Alma, l'un des personnages de la série "nos chers voisins" que l'on voit également sur scène. Ces deux comédiens confirmés sont associés à de jeunes Euréliens qui découvrent l'univers du cinéma.

Ils sont une vingtaine, issus des quartiers prioritaires de Chartres, Dreux, et Vernouillet, à avoir passé un casting, 6 ont été retenus. Ils se sont retrouvés régulièrement pour se préparer au tournage.

Novices et professionnels se sont rencontrés pour la première fois lors de la répétition générale, organisée au cours de la semaine sur le site des opérations.

Nous étions sur place et avons passé une partie de la journée avec eux :

Chacun son langage, chacun ses codes, le mélange savant des générations peut donner un cocktail savoureux.

Dans Inch'Allah Tatie Danielle, une large part est volontairement laissée à l'improvisation, les premiers tests se sont avérés payants.

On rigole, on chambre, mais on travaille. Tous les comédiens, professionnels comme amateurs, s'impliquent dans le projet et y prennent plaisir.
 Les plus jeunes apprennent au contact de leurs aînés, qui, eux, apprécient la spontanéité de leurs cadets, à l'image de Gil Alma, amusé par certaines réflexions, et très confiant à la veille du tournage :

Un bon comédien est un comédien qui ne joue pas, là, on est en plein dedans, ils sont surprenants, ça va vraiment être intéressant.

Même son de cloche pour Firmine Richard, séduite par ces jeunes avec qui son personnage aura fort à faire. Son principal souci sera peut-être de bien appréhender la traite de la chèvre. Laure, la maîtresse des lieux, a essayé de la former en express.
Apprentissage de la traite pour Firmine Richard... / © Ch. Chapiotin, F3 Centre-Val de Loire
Apprentissage de la traite pour Firmine Richard... / © Ch. Chapiotin, F3 Centre-Val de Loire

Inch'Allah Tatie Danielle, une expérience enrichissante pour tous, et peut-être quelques vocations suscitées auprès des jeunes. Nacim Cayzac, qui incarne Abdel dans le court-métrage, s'est très vite pris au jeu.

J'ai fait du théâtre au collège, et j'adore ça. C'est un peu impressionnant de côtoyer des comédiens comme Firmine Richard ou Gil Alma, mais ça se passe super bien. En plus Véronique nous implique vraiment dans le projet. Pourquoi-pas continuer dans le cinéma.

Nacim vient des quartiers de Vernouillet. La ville subventionne d'ailleurs le court-métrage, au même titre que Dreux, sans oublier la préfecture de la ville de Chartres, dont la politique encourage ce genre d'initiative.

Le tournage devrait débuter ce lundi 24 juin à la chèvrerie du Bois des Louvières, située à Mézières-en-Drouais, près de Dreux, et durer une partie de la semaine.

Véronique Mériadec et Gérald Massé ont fait appel à des étudiants de l'Ecole Supérieure de l'Image et du Son et de 3IS, école audiovisuelle. Toujours un mix générationnel...


 

Inch'Allah Tatie Danielle : rencontre entre comédiens professionnels et amateurs


 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus