Un carrossier veut faire revivre Facel Vega, la marque de voitures françaises de luxe construites à Dreux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julie Postollec
Le carrossier Paulo Antunes veut faire revivre la Facel Vega, mythique voiture des années 50 aujourd'hui oubliée.
Le carrossier Paulo Antunes veut faire revivre la Facel Vega, mythique voiture des années 50 aujourd'hui oubliée. © Paulo Antunes

Paulo Antunes, carrossier passionné de véhicules anciens, rend hommage à Facel Vega, la marque de voitures de luxe fabriquées notamment à Dreux (Eure-et-Loir). Longtemps oubliée, elle a symbolisé les années 50 au point d'apparaître dans la BD Spirou et Fantasio ou dans un film de la saga OSS 117.

Difficile pour Paulo Antunes de faire la part entre travail et passion. Ce carrossier, installé à son compte depuis 2009 à la périphérie de Roanne (Loire), passe 17 heures par jour dans son atelier à restaurer des véhicules anciens, et pas n’importe lesquels : Rolls Royce, Bentley, Jaguar...

Mais dans un coin de sa tête, une marque sort du lot : Facel Vega. Un souvenir venu tout droit de l’enfance. "Quand j’étais petit, raconte-t-il, mes parents me déposaient chez le coiffeur pendant qu’ils allaient faire le marché. Ce coiffeur était un passionné d’autos, il avait quelques revues que je feuilletais, où il y avait des Facel Vega, et quand je voyais ce type de voitures, j’étais raide dingue du design."

Un design qui a marqué son époque, celle des années 1950, car on retrouve cette marque dans la BD Spirou et Fantasio, ou plus récemment dans les films OSS 117 : Le Caire, nid d'espions ou Ratatouille. Elle a aussi laissé une empreinte beaucoup funeste puisque c'est dans une Facel Vega que Michel Gallimard et Albert Camus trouvèrent la mort le 4 janvier 1960, dans un accident de la route.

Participer à l'effort de guerre

Le tout premier modèle était sorti six ans plus tôt, en 1954. Il avait été conçu et fabriqué par la société automobile Facel, l’acronyme de Forges et Ateliers de Construction d’Eure-et-Loir.

Cette dernière s'appelait ainsi car elle avait été créée à Dreux en 1939 pour participer à l’effort de guerre de l’aéronautique militaire. Avec les années, le retour à la paix et le développement industriel, l'entreprise avait déménagé à Colombes (Hauts-de-Seine), mais avait gardé son usine à Dreux qui s’occupait de la carrosserie, la sellerie et des essais sur route.

2.000 exemplaires dans le monde

Quand on parle d'ailleurs de l’intérieur cuir des Facel Vega, Paulo Antunes n’a pas de termes assez élogieux : "C’était une sellerie de haute qualité. C’était de la conception artisanale, de la haute couture. Quand vous rentriez dans une Facel Vega, c’est comme si vous rentriez chez un maroquinier qui vendrait du Hermès ou du Louis Vuitton, on est complètement dans le prestige."

Un prestige qui avait un prix. "C’était une voiture inabordable, elle est sortie en très peu d’exemplaires, très peu de collectionneurs ont ce type de voitures dans leurs garages", assure-t-il.

Tous modèles confondus, il y aurait eu moins de 3.000 Facel Vega construites en 10 ans. "A ce jour, on peut dire qu’il en reste 2.000 dispersés dans le monde entier, il y en a 1.000 qui ont disparu", estime le carrossier de Roanne.

"On construit tout"

Alors en 2013, quand un client arrive à son atelier avec une Facel Vega, il se sent le plus chanceux des garagistes. S’ensuit le bouche à oreille, une deuxième, une troisième, une quatrième Facel Vega arrivent… 

J’en ai réparé une vingtaine. Moi-même j’en ai presque une dizaine. Pour éviter d’attendre trop le client, je voulais devenir mon propre client pour les restaurer et les revendre.

Paulo Antunes

Mais comment trouve-t-il les pièces détachées sachant que les usines Facel ont fermé définitivement leurs portes le 31 octobre 1964 ? "On construit tout ici à l’atelier, conforme à l’origine, résume-t-il. J’ai un sellier qui restaure et reconstruit les sièges à l’identique, comme à l’époque, avec des cuirs de qualité. J’ai un mécanicien, des tôliers..."

Un modèle réduit à 9.500 €

Depuis juillet 2021, il ne fait pas que restaurer et reconstruire les pièces détachées, il s’est aussi lancé dans la fabrication de A à Z… de modèles réduits. Attention, réduits ne veut pas dire miniatures. Les reproductions électriques à l’échelle 1/3 permettent quand même d’y asseoir deux enfants et peuvent rouler jusqu’à 30 km/h. Il faut quand même éviter de trop s'amuser avec, ces voiturettes coûtent la bagatelle de 9.500 €.

Un bel objet de collection qui s’adresse donc aux passionnés mais ils ne sont pas l'unique cible. "Vous parlez aux enfants d’aujourd’hui d’une Bugatti, ils savent ce que c’est. Tandis que si vous leur parlez d’une Facel Vega, ils ne savent pas que cela existe, constate Paulo Antunes. L’idée, à travers cette petite voiture, c’est de transmettre le savoir-faire et le patrimoine de cette marque automobile à nos enfants."

Une rue en hommage à Facel Vega

Pour ceux qui rêveraient d’une reproduction grandeur nature, Paulo Antunes y travaille aussi. Il ne peut cependant pas donner de date potentielle de sortie, car si "le projet est bien avancé", les aspects juridiques ne sont pas réglés.

Il se rapprochera en tout cas des lieux de conception des Facel Vega puisqu’il doit participer au salon Rétromobile à Paris en mars prochain. Pas question cependant de créer une antenne ou un showroom à Dreux car il ne peut pas "se démultiplier", surtout qu’il ne reste plus rien de l’usine aujourd’hui. Mais si le site a disparu, la ville a elle aussi rendu hommage à la marque en nommant une rue de la commune Facel Vega.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.