Eure-et-Loir : le Covid-19 détecté dans un élevage de visons, 1000 animaux abattus, une première en France

Le ministère de l'Agriculture a annoncé ce dimanche 22 novembre que le virus du Covid-19 circulait dans un élevage de visons en Eure-et-Loir. La totalité des 1000 animaux présents sur le site a été abattue. Un virus muté peut être transmis par les visons à l'homme. 

Un élevage de visons à Montarlot-lés-Rioz en Haute-Saône.
Un élevage de visons à Montarlot-lés-Rioz en Haute-Saône. © Jean-François Fernandez / MAXPPP
C'est une nouvelle inquiétante. Dimanche 22 novembre, le ministère de l'Agriculture a annoncé que les 1000 visons d'un élevage en Eure-et-Loir avaient été abattus en raison de la détection du virus Sars-CoV-2 chez certains de ces animaux. 

Il y a quatre élevages de visons en France et le virus n'a pour le moment pas été détecté ailleurs. "Un autre élevage est indemne. Des analyses sont encore en cours dans les deux derniers élevages et les résultats sont attendus dans le courant de la semaine. Si des résultats s’avéraient positifs dans l’un de ces deux élevages, les mêmes mesures d’abattage que dans le premier élevage concerné seraient appliquées", a ajouté le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.
 

Les éleveurs testés sont négatifs

Le coronavirus avait déjà été retrouvé il y a quelques semaines chez des visons dans des élevages au Danemark. Une mutation du virus du SARS-CoV-2 y avait été observée chez les visons danois. Pire, ce virus muté a été transmis à l'homme. Le 3 novembre, la Première ministre du Danemark avait décidé dans l’urgence une décision drastique : l’abattage de la totalité des visons d’élevage du pays, soit 15 millions d’animaux. Une décision prise après la découverte d’une version mutée du Covid-19 transmise par les visons à 12 Danois. Cette variante du virus pourrait résister à un futur vaccin.

C'est pourquoi les éleveurs d'Eure-et-Loir qui côtoient les animaux ont été placés sous étroite surveillance. "Les résultats des analyses réalisées sur les éleveurs des 4 élevages se sont tous révélés négatifs. Une surveillance renforcée a été mise en place pour 4 personnes en lien avec l’élevage contaminé et de nouvelles analyses sont en cours", a précisé le ministère de l'Agriculture. L’analyse de séquençage du virus sera connue d’ici la fin de la semaine et doit permettre d’exclure toute contamination par le variant SARS-CoV-2.


Des vidéos sur les mauvaises conditions de vie des visons en 2019

En juillet 2019, l’association animaliste One Voice avait diffusé des vidéos de l'élevage de visons d'Eure-et-Loir où de nombreux cadavres morts étaient visibles dans les cages. La filière fourrure avait dénoncé une tentative de "manipulation médiatique" en plein débat sur le bien-être animal, mais une enquête poussée nous avait permit d'affirmer que les images des mauvaises conditions de vie des visons avaient bien été filmées dans cet élevage. 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement coronavirus/covid-19 santé animaux nature