• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Le festival Chambord x Cercle répond à la controverse des reventes de places

Le château de Chambord va accueillir le festival Chambord x Cercle, le 11 mai. / © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Le château de Chambord va accueillir le festival Chambord x Cercle, le 11 mai. / © GUILLAUME SOUVANT / AFP

Le festival Chambord x Cercle, qui promet 14h de DJ Set dans le cadre majestueux du château se heurte, après l'enthousiasme, à un flot de critiques. Au centre de la désapprobation : des places vites parties, dont une partie sont revendues au prix fort. 

Par Yacha Hajzler

"Je connais une personne qui a la place à 200 euros. Moi je n'ai pas les moyens financiers, mais si ça vous intéresse, je peux vous mettre en relation." Cette publication d'un internaute résume à elle seule la controverse autour de la vente des billets pour le festival Chambord x Cercle. 

Cet événement exceptionnel - 14h de DJ Set dans le superbe cadre du château de Chambord - a été plébiscité par les internautes dès l'ouverture de la billeterie. Les 20 000 places se sont écoulées en 25 minutes, dans 36 pays, un succès qui a même largement dépassé les attentes des organisateurs. 
 

70 000 pré-inscriptions, 20 000 places


Problème : certaines personnes pourtant préinscrites n'ont pas pu obtenir leur ticket, et certaines places sont revendues à prix fort, y compris sur la page de l'événement. 
 

"Ce n'était pas du tout le but, regrette Cécilie De Saint-Venant, responsable de la communication du château de Chambord. Avec des places à 34 euros, on voulait que ça reste un événement démocratique. Le système de la revente est imparable, c'est pareil pour tous les grands événement comme celui-ci." 

Concernant les pré-inscriptions, le système ne pouvait malheureusement pas assurer le précieux ticket à chaque internaute. "On avait 20 000 places, et il y avait plus de 70 000 personnes en pré-inscription ! Certains disent : pourtant, j'étais 17 000ème sur la liste ! Oui, mais on pouvait acheter 4 places par personne, ce qui n'est pas non plus énorme. La billetterie est gérée par un algorythme performant, qui assure le principe du premier arrivé, premier servi" tranche Cécilie de Saint-Venant. 
 

Cercle désactive les billets hors de prix


De son côté, Cercle music a répondu à la controverse en publiant un long message sur la page Facebook de l'événement. "Concernant la revente à des tarifs insensés, vous imaginez bien que cela nous énerve tout autant que vous", commente le chargé de communication. 

Le même message assure que les places revendues à un tarif supérieur au prix initial du billet vont voir leur code-barre désactivé. Les places seront ensuite revendues sur la plateforme associées à l'événement : TicketSwap. "Une trentaine ont déjà été identifiées", précise Cercle. L'organisateur appelle également à ne pas encourage le marché noir en achetant ces places, qui seront de toute façon inutilisables. 
 

Un "Cercle" trop restreint ? 


S'il semble à certains que le site pouvait accueillir plus de monde, Chambord proteste : "On s'est mis d'accord avec la préfecture et la gendarmerie pour 20 000 personnes, on ne peut pas aller au-delà. On ne va pas mettre en péril le château, on veut que cela se déroule le mieux possible, dans le respect du lieux", expose Cécilie De Saint-Venant. 

Un internaute, de son côté, voit dans cette controverse le produit du fonctionnement de l'industrie de la fête : "il faut retenir que l'arrivée d'organisateur comme Le Cercle, dont le concept est de rendre rare et exclusif l'accès à des soirée insolites et attractives, participe inévitablement  à l'augmentation des revendeurs au marché noir ... Le capitalisme tout simplement."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Ce que j'aime dans le mandat de Maire...

Les + Lus