Indre-et-Loire : un collectif cycliste demande à la préfecture de rouvrir les voies vertes comme "la Loire à vélo"

Le Collectif Cycliste 37 a interpellé la préfète d'Indre-et-Loire dans un courrier. En cause : un arrêté qui interdit l'accès aux pistes sur berge comme la Loire à vélo pendant le confinement. L'association demande la réouverture de ces voies pour ceux qui se rendent à leur travail en vélo.

La Loire à Vélo fait partie des voies vertes que le collectif souhaiterait pouvoir ré-emprunter.
La Loire à Vélo fait partie des voies vertes que le collectif souhaiterait pouvoir ré-emprunter. © Gilles Maury/France 3 Centre-Val de Loire
La préfecture d'Indre-et-Loire l'a martelé sur les réseaux sociaux : les accès aux bois, berges et bords de rivières sont interdits, barrés par un ruban de sécurité rouge et blanc, afin de faire respecter le confinement dû au coronavirus. L'installation de ces rubans fait suite à l'arrêté du 27 mars 2020 pris par la préfecture "interdisant l’accès du public aux bois, forêts, parcs, jardins, aires de jeux, équipements sportifs en plein air, aires de pique-nique, promenades, sentiers de randonnée, plans d’eau, berges et plages de la Loire, du Cher, de l’Indre et de la Vienne".

Le vélo autorisé pour aller au travail

Une situation inacceptable pour le Collectif Cycliste 37, qui souhaite une modification de cet arrêté afin que les gens qui se rendent à leur travail en vélo puissent emprunter ces voies sur berge comme la Loire à vélo ou le Cher à vélo.

Un premier arrêté de la préfecture en date du 20 mars "interdisait juste les déplacements en tant que promenade, pour prendre l'air", raconte David Sellin, co-président de l'association. Une décision qui correspond aux règles imposées par le gouvernement, comme le rappelle ce tweet.

Or la semaine suivante, la préfecture modifie les interdictions d'accès dans un second arrêté du 27 mars, où sont ajoutés les bois, forêts et jardins. 

"Mais en le précisant, ils ont supprimé le motif de déplacement", s'insurge David Sellin. "Il est interdit de circuler même pour aller travailler ou faire ses courses sur le bord de Loire par exemple, et c'est ça qui nous pose problème."

Des routes plus dangereuses pour les vélos

Les cyclistes peuvent malgré tout se déplacer en roulant sur la route, mais ce n'est pas la solution pour cette association.

"Qu'on ferme ces itinéraires pour motif de promenade, je comprends tout à fait, nuance le co-président du Collectif Cycliste 37. Mais on n'accepte pas qu'on ferme des itinéraires protégés pour envoyer des cyclistes sur les départementales".

"Une départementale est souvent limitée à 70 voire 80 km/h, ajoute-t-il. On a eu beaucoup de retours de plusieurs dizaines de nos adhérents comme quoi il y a moins de voitures, mais que certains automobilistes vont plus vite."
Une information confirmée par ce tweet de la Sécurité Routière, au-delà des accidents recensés dans notre région :

La préfecture contactée plusieurs fois

Le Collectif Cycliste 37 affirme avoir contacté fin mars la cellule Covid-19 de la préfecture pour signaler son désaccord sur cet arrêté. "Mais comme les réponses ne nous avaient pas satisfait, on a écrit à Madame la Préfète", souffle David Sellin.

Dans une lettre du 7 avril dernier consultable ci-dessous, l'association a donc envoyé un courrier demandant un recours gracieux pour que les pistes cyclables comme la Loire à vélo ne soient plus bloquées pour les cyclistes qui se rendent en bicyclette au travail.
Lettre ouverte à la préfecture d'Indre-et-Loire publié par france3centre
Elle propose d'appliquer l'exemple de l'arrêté de la préfecture de la Haute-Garonne autorisant "les voies pédestres et cyclables des berges de canaux, cours d’eau et plans d’eau […] pour les trajets domicile-travail".

N'ayant pas eu de retour officiel de la préfète, l'association qui regroupe environ 900 adhérents dans la région de Tours et du département, a décidé de rendre son courrier public le dimanche 19 avril dernier. Nous avons contacté le service communication de la préfecture d'Indre-et-Loire. Ce dernier nous a déclaré que "les pistes cyclables de loisir comme sur bords (sic) de Loire ont été fermées à l'accès pour éviter les déplacements familiaux de loisir. Le vélo dans ce cadre est interdit comme tous les modes de déplacements. Par contre en ville, le mode de circulation du vélo est inchangé si ce n'est qu'il est plus facile actuellement."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société vélo transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter