L'Indre-et-Loire et le Loiret passent en zone d'alerte : le dernier bilan chiffré du Covid-19 en Centre-Val de Loire

Deux départements en zone d'alerte, Tours menacée de passer en zone d'alerte renforcée d'un jour à l'autre... Où en sommes-nous face au coronavirus en Centre-Val de Loire ? 

En Bourgogne-Franche Comté, une médecin effectue les tests PCR derrière une baie vitrée.
En Bourgogne-Franche Comté, une médecin effectue les tests PCR derrière une baie vitrée. © Lionel VADAM / MAXPPP
Olivier Véran a été clair :  "La situation continue globalement de se dégrader". Le ministre de la Santé a dévoilé ce mercredi 23 septembre une nouvelle carte qui divise la France en différentes zones. Deux départements de la région, l'Indre-et-Loire et le Loiret, ont atteint la "zone d'alerte". Pour définir ce seuil, le ministère se base sur ce qu'on appelle le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de cas pour 100 000 habitants. La circulation du virus est jugée maîtrisée si ce taux est inférieur ou égal à 50 cas pour 100 000 habitants. Et nos deux départements en sont loin : selon les chiffres de l'ARS, le taux d'incidence est de 65.60 dans le Loiret, et 85.20 en Indre-et-Loire. A surveiller, l'Eure-et-Loir qui a dépassé les 42 cas pour 100 000 personnes. Le territoire le moins touché est celui du Loir-et-Cher, avec un taux d'incidence d'à peine 25.60. 

Entre le 12 et le 18 septembre, 33 307 personnes ont été testées en Centre-Val de Loire, pour 1410 cas positifs. 448 sont localisés dans le Loiret, 516 en Indre-et-Loire. Pendant ce temps, l'Indre a plafonné à 62 cas. 
 

Zone d'alerte renforcée : Tours sur la sellette 


Nous en sommes là pour l'instant. Mais comme l'a annoncé le ministre, la métropole de Tours se dirige dangeureusement vers le classement en "zone d'alerte renforcée". Pour ce nouveau seuil, le taux d'incidence doit être supérieur à 150 cas pour 100 000 habitants. Un autre indicateur plus précis entre en jeu : le taux d'incidence chez les personnes âgées, une population très à risque. L'instauration de ce seuil impliquerait aussi de nombreux ajustements, dont la fermeture des bars et la limitation des rassemblements. 

La zone d'alerte maximale, elle ne sera décrétée qu'avec un taux d'incidence supérieur à 250, un taux supérieur à 100 pour les personnes âgées. Nouvel indicateur : une proportion de patients covid en réanimation supérieure à 30%

Le classement d'un territoire dans l'une de ces zones est systématiquement établi pour deux semaines. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société