À une voix près, le conseil municipal de Reugny adopte le projet de centre d'innovation technologique Da Vinci Labs

Il ne s'agissait que d'un avis consultatif avant le vote de la communauté de communes Touraine Est Vallées, mais qui avait son importance. Après deux ans de polémiques et l'avis favorable du commissaire-enquêteur, le conseil municipal s'est à son tour, à une très courte majorité, prononcé pour le projet Da Vinci Labs, qui entraîne une modification du plan local d'urbanisme (PLU) de Reugny.

9 pour, 8 contre et une abstention...une voix seulement aura fait la différence ce mardi 21 mai au soir à Reugny ! Comme l'avait d'ailleurs prédit le maire, Nicolas Toker, on est loin d'une écrasante majorité en faveur du Da Vinci Labs au sein de l'équipe municipale. Mais cela suffit pour adopter ce projet qui va automatiquement entraîner une modification du PLU de la petite commune.

En guise de préambule à ce vote, Nicolas Toker a rappelé qu'au fil des mois, de nombreuses autorités, commissions et personnes publiques avaient donné un avis favorable au Da Vinci Labs. Et que lui-même, bien qu'appuyant ce projet, s'était gardé de toute ingérence, notamment lors de l'enquête publique (14 février-15 mars 2024) :

"Je tiens à préciser qu'à aucun moment, je n'ai fait campagne pour le oui. On n'a pas sollicité des Reugnois ou des gens de l'extérieur pour qu'ils viennent soutenir le projet, s'exprimer en sa faveur. La volonté qu'on avait, mes adjoints et moi, c'est de laisser les personnes déposer leur avis sans qu'il y ait la moindre pression."

Le maire a également tenu à relativiser les 831 signatures recueillies par la pétition opposée au Da Vinci Labs :

"En lisant d'un peu plus près, j'ai comptabilisé 83 personnes de Reugny, soit 10% des signataires qui résident dans la commune, 7% si l'on compte les personnes en âge de voter. Une proportion qui remet en perspective la lecture de cette pétition."

Un dernier vote avant le permis de construire

Pour conclure, avant de passer au vote, Nicolas Toker a demandé aux conseillers de se prononcer pour la mise en compatibilité du PLU qu'exige la construction du Da VInci Labs. Et, donc, obtenu gain de cause, mais de justesse...

Un vote qui reflète finalement assez bien les débats et polémiques qu'a suscités depuis deux ans ce projet de centre d'innovation technologique (informatique quantique, intelligence artificielle et biologie synthétique au service de la planète, mais au cœur de bois identifiés comme réservoir de biodiversité...).

S'il reste purement consultatif, ce vote du conseil municipal de Reugny revêt toutefois une grande importance. C'est en effet à la communauté de communes Touraine Est Vallées (TEV) qu'il revient de se prononcer (en conseil communautaire, jeudi 23 mai à 18h30) en dernier ressort, après l'avis positif du commissaire-enquêteur. Mais le président Vincent Morette, lui-même favorable au projet, avait prévenu qu'il ne passerait pas en force et se plierait à l'avis du conseil municipal de Reugny.

Un recours devant le tribunal administratif ?

Après ce vote plus que serré, les partisans du Da Vinci Labs ont donc dû pousser un gros "ouf" de soulagement. À l'inverse des opposants, forcément très déçus mardi soir, après avoir frôlé le coup de théâtre. Ils ont demandé – et obtenu - le vote à bulletin secret, estimant qu' "un vote pour est plus facile à assumer qu'un vote contre". Sans pour autant parvenir à changer la donne (une majorité municipale favorable au projet, malgré la défection de plusieurs conseillers).

Si le vote favorable de la TEV ne fait désormais plus guère de doute, les opposants au projet n'entendent toutefois pas encore baisser les bras, et commencent à évoquer la possibilité d'un recours devant le tribunal administratif :

"Cela demande du temps, de l'énergie et des moyens financiers, explique Renaud Poirson, du collectif Les Frondes Joyeuses. On commence à l'envisager, à y travailler, mais il faut une association prête à porter ce recours, un particulier ne peut pas le faire. On est déjà en contact avec l'ASPIE*, qui s'est beaucoup impliquée dans ce dossier, ainsi que la SEPANT*. Mais adhérer à ces associations ne suffira pas à couvrir les risques financiers. On dispose de deux mois pour faire un recours contre les conclusions du commissaire-enquêteur, et contre la TEV, qui a le pouvoir de valider la procédure."

Entre l'examen du permis de construire et les éventuels recours juridiques, le Da Vinci Labs ne va sortir de terre dès demain à Reugny. On peut raisonnablement s'attendre à de nouveaux rebondissements dans ce dossier décidément très sensible.

*ASPIE : Association pour la santé, la protection et l'information sur l'environnement. SEPANT : Association d'études, de protection et d'aménagement de la nature en Touraine.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité