Amboise : le parc d'activités de la Boitardière, site-clé de l'implantation industrielle en Centre-Val de Loire

Une liste de 12 premières zones "clés en mains", stratégiques pour la réimplantation industrielle et l'emploi, a été dévoilée par le ministère de l'Economie et des Finances. Le parc de la Boitardière, en Indre-et-Loire, est le seul site de la région à en faire partie.

Les zones d'activités "clés en main" sont censées relancer l'implantation industrielle. Photo d'illustration
Les zones d'activités "clés en main" sont censées relancer l'implantation industrielle. Photo d'illustration © Alexandre MARCHI / Maxppp
Il s'agissait de l'une des propositions-phares du rapport dévoilé par le député de l'Eure-et-Loir Guillaume Kasbarian en septembre 2019. Le ministère de l'Economie et des Finances a publié le 18 janvier une liste de 12 sites "clés en main" sur le territoire national, destinés à accélérer l'implantation d'entreprises dans le secteur de l'industrie, et par la même occasion l'emploi.
 

Réduire le "fardeau administratif"

"Un site industriel clés en main est un site pouvant recevoir des activités industrielles et pour lequel les procédures administratives relatives à l’urbanisme, l’archéologie préventive et l’environnement ont été anticipées afin d’offrir à l’investisseur une disponibilité immédiate ou à très court terme", détaille le ministère. En d'autres termes, les nombreuses démarches nécessaire à l'implantation, qui peuvent durer plusieurs années, ont d'ores et déjà été réalisées, et l'entreprise n'a plus qu'à prendre possession de son lopin de terre.

De fait, le fardeau administratif lié à l'implantation d'une entreprise est un frein à l'arrivée de nouveaux industriels, comme l'expliquait Guillaume Kasbarian au moment de publier son rapport. "Il faut savoir qu'à l'heure actuelle la France est classée 107e sur 140 pays en terme de fardeau administratif pesant sur les industriels ! Encourager l'implantation d'entreprise, c'est aussi dynamiser l'emploi."

Autre condition pour faire partie des heureux élus, les sites retenus par le ministère possèdent "une surface disponible importante permettant d’envisager l’accueil de projets industriels de grande ampleur". A l'automne 2019, Amboise avait vendu 20 000m² de terrains constructibles à un investisseur pour agrandir le parc d'activités, déclenchant quelques inquiétudes parmi l'opposition et les commerçants.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie