Fermeture de l'usine pharmaceutique Recipharm en Indre-et-Loire : les 225 salariés lancent leur riposte

L’usine pharmaceutique historique de fabrication de médicaments injectables Recipharm, implantée à Monts (Indre-et-Loire), est menacée de fermeture en 2025.Très sollicitée au plus fort de l'épidémie de Covid avec la fabrication du vaccin Moderna, elle avait lourdement investi dans une nouvelle ligne de production. Mais aujourd'hui, la demande est beaucoup plus faible. Les salariés ont entamé un mouvement de grève.

La direction de Récipharm est formelle : elle souhaite trouver un repreneur pour le site de Monts et éviter 225 licenciements. Le groupe suédois a en effet missionné un cabinet spécialisé, Oneida, pour chercher un repreneur. Plusieurs contacts auraient même été d’ores et déjà établis, d’après la direction du groupe pharmaceutique.

Trois semaines après l’annonce de la fermeture du site, les salariés ne décolèrent pas. Ils organisent la riposte et multiplient les recherches de soutiens.

Une délégation reçue au ministère de l'Industrie

Ce mardi matin, une délégation a rencontré Patrice Latron, le préfet d’Indre-et-Loire, et Guillaume Saint-Cricq, le sous-préfet à la relance ainsi que le maire de la commune, Laurent Richard. Les salariés se sont ensuite retrouvés en assemblée générale devant les grilles de l’usine pour évoquer la suite de leur mouvement.

C’était au tour du ministère de l’Industrie de recevoir une délégation de représentants syndicaux, ce mercredi matin. Une manière de rassurer les salariés quant à un soutien massif des pouvoirs publics.

Mais la crainte des salariés reste que, en dépit des pressions, le groupe Récipharm choisisse plutôt de fermer purement et simplement l'usine, après avoir liquidé  les activités les unes après les autres.

 

Quand on les écoute, on n’est pas rentables, on n’est pas bons. Si avec un repreneur on se mettait à gagner des millions, ils passeraient vraiment pour des idiots. Et puis peut être qu’ils ne souhaitent pas transférer un site à la pointe comme le nôtre, qui bénéficie de beaucoup de savoir-faire, à un groupe concurrent ; ce ne serait pas dans leur intérêt.

Serge Aumont, délégué syndical FO

Le site pharmaceutique a connu un essor fulgurant lors de l'épidémie de Covid car il est un des rares en France à maitriser le remplissage des fioles de produit, en l'occurrence celui du vaccin Moderna. 

Entre 2021 et 2022, le site Récipharm de Monts a produit 70 millions de doses. Mais, depuis, la demande n'a cessé de décroitre. 

Entre temps, un mauvais investissement a été réalisé sur une ligne de production chinoise qui s'est avérée ne pas être aux normes. Un véritable fiasco.

C'est aujourd’hui un des fleurons du tissu industriel local qui se retrouve en danger.

Ce serait une nouvelle perte industrielle pour la Touraine, d’autant plus que ce site a plus de 70 ans d’histoire !

Mickaël Montajol, secrétaire du CSE

Deux mobilisations ont été votées en assemblée générale : un blocage du site le 19 décembre prochain à partir de 5h du matin et une marche de protestation, le jeudi 11 janvier 2024 dans le centre de Monts avec des élus locaux.

Dans ce bras de fer avec la direction du groupe suédois pour sauver leurs emplois, la lutte des salariés de Recipharm ne fait que commencer.