Gel des loyers : l'association de défense des consommateurs et usagers CLCV débordée par les demandes

Publié le
Écrit par Nathalie Tissot

L'association nationale Consommation Logement et Cadre de Vie (CLCV) réclame un gel des loyers d'un an dès le 1er juillet pour faire face à l'inflation. En Touraine, les locataires en difficulté sont de plus en plus nombreux à se manifester pour demander de l'aide.

"De 2,48 % à plus de 5 % d’ici la fin de l’année, tel est le taux d’augmentation des loyers que vont subir les locataires", déplore le communiqué de la CLCV  diffusé le 19 mai. "Du jamais vu depuis 2009 où la hausse constatée était de 2,83 %. Une situation due à la conjoncture actuelle et à la forte inflation que nous subissons." 

Quinze à vingt appels par jour en Indre-et-Loire

Depuis le début de l'année, en Indre-et-Loire, la CLCV reçoit quinze à vingt appels par jour de locataires en difficulté. "Ca fait 18 ans que je suis dans l'association c'est la première fois que je vois ça !", assure Marie-Claude Fourrier, la présidente de la CLCV Touraine qui était à l'assemblée nationale ce mardi 24 mai pour évoquer, entre autres, le sujet avec un député. La plupart des réclamations concernent l'augmentation des charges locatives notamment chez certains bailleurs sociaux à Tours et sa périphérie : Saint-Cyr-sur-Loire, Joué-lès-Tours, Saint-Pierre-des-Corps... 

Dans son communiqué, la CLCV rappelle que le paiement des loyers représente de 25 à 40 % du budget des ménages. "L’évolution de l’APL, indexée sur l’inflation, ne peut suffire et ne couvrira qu’une partie des hausses constatées. Par ailleurs, de nombreux ménages sont exclus des APL en raison des plafonds de ressources très faibles pour en bénéficier", dénonce les auteurs, en pointant du doigt le risque d'impayés. 

L'association réclame donc un gel des loyers d'un an à compter du 1er juillet dans le secteur privé et le secteur social alors que le gouvernement prévoit le vote d'une loi anti-inflation pour protéger le pouvoir d'achat des Français au début de l'été. 

Le projet de loi pouvoir d’achat présenté après les élections législatives

Lundi, à l'issue du premier Conseil des ministres du gouvernement d'Elisabeth Borne, Olivia Grégoire, la nouvelle porte-parole du gouvernement, a indiqué que le texte serait présenté en Conseil des ministres avant les législatives. "Il faut aller vite donc nous allons aller vite. le projet de loi sera présenté en Conseil des ministres dans les prochaines semaines, il sera présenté au Parlement dans l'élan juste après les élections législatives. […] Pour pouvoir être étudié au Parlement, il sera présenté en amont, probablement durant la période de réserve [qui a débuté lundi 23 mai et court jusqu'au 19 juin, NDLR]", a-t-elle indiqué. Avec cette loi "pouvoir d’achat", l'exécutif promet de nouvelles mesures : le prolongement du bouclier tarifaire sur l'énergie, un nouveau dispositif sur le prix de l'essence pour les gros rouleurs , la suppression de la redevance audiovisuelle dès cette année et non en 2023 comme initialement annoncé, le triplement de la prime Macron, un chèque alimentaire ou encore la revalorisation le 1er juillet au lieu du 1er janvier des retraites.