Indre-et-Loire : la CGT accuse le maire de la Riche d'avoir fait arracher ses affiches

Dans un communiqué, la CGT affirme que le maire de La Riche, Wilfrield SCHWARTZ, aurait "ordonné au personnel municipal … de faire décoller les affiches de la CGT ". La mairie réfute totalement cette version et évoque " un nettoyage programmé et malencontreux " des panneaux.
 
À gauche de l'image, les affiches de la CGT ont sans doute été arrachées. À droite de l'image, il reste le visage du maire.
À gauche de l'image, les affiches de la CGT ont sans doute été arrachées. À droite de l'image, il reste le visage du maire. © F3CVDL

Rien ne va plus entre la CGT départemental 37 et le maire PS de La Riche, Wilfrield SCHWARTZ. Le syndicat lui reproche dans un communiqué, en date du 16 juin dernier, d’avoir " ordonné au personnel municipal de sa commune de faire décoller les affiches de la CGT " qui avaient été mises sur les panneaux d’expression libre de la ville. Il y a une dizaine de ce type de panneau " d'expression libre " sur la commune.

Ce n'est pas le maire qui fait les plannings de nettoyage.

Un malencontreux "concours de circonstances"

La municipalité, jointe par téléphone, se défend en expliquant que le planning de nettoyage de ces panneaux est fait par les services techniques de la ville, et non par le maire :

"Il y a un planning trimestriel. C’est donc un pur concours de circonstances si le nettoyage de ces panneaux est tombé à ce moment-là, alors que la CGT avait peu de temps auparavant collé des affiches", nous répond la mairie de La Riche.

Ce nettoyage, en plus, est réalisé au karcher, nous précise la mairie. Ce n’est donc pas un décollage, au sens propre du terme, et qui aurait été "prémédité".

Les affiches appelaient à manifester en faveur de l'hôpital

L'Union départementale 37 de la CGT répond que dans le planning officiel, émis par la ville, ces panneaux d'expression devaient être nettoyés le mercredi et le jeudi et qu'en effet, "On a vu qu'ils étaient propres quand on a collé le vendredi matin. Pourtant, dès le lundi (15 juin), il n'y avait plus rien, sauf des affiches en faveur du maire".

La CGT déplore, d'autant plus, que les affiches collées "avaient pour but d’appeler à la journée d’action syndicale de ce jour (le mardi16 juin) pour notre Sécurité Sociale, nos services publics et en particulier l’hôpital public", rajoutant dans son communiqué s’il fallait comprendre ce "nettoyage" comme un "remerciement du Maire au personnel de santé pourtant applaudi le soir à 20 h 00".

La ville se défend à nouveau en rappelant qu’elle  soutient le "mouvement des personnels soignants", précisant qu’ "elle est à leurs côtés depuis le début de la crise sanitaire, en ayant notamment fourni 9 000 masques FFP2 au CHRU de Tours et aux professionnels de santé de la ville".

L'UD 37 de la CGT, joint par téléphone, explique que ce n'est pas la première fois que les relations entre la mairie de La Riche et la CGT sont tendues : "L’ambiance est délétère. Des camarades ont dû se résoudre à partir travailler dans d’autres collectivités."

Pour évoquer ces difficultés, une rencontre est apparement prévue la semaine prochaine. Elle devrait réunir, autour d'une même table, des réprésentants de la CGT 37 et le premier adjoint du maire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social société