• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Pas de trains directs entre Saint-Pierre-des-Corps et Bordeaux sur la future LGV

© Sebastien JARRY/MAXPPP
© Sebastien JARRY/MAXPPP

À partir du 2 juillet 2017, il y aura 9,5 allers-retours par jour entre les gares de Saint-Pierre-des-Corps et Bordeaux sur la future Ligne à Grande Vitesse, mais tous marqueront au moins un arrêt sur le trajet. Une information rapportée par nos confrères de France Bleu Touraine. 

Par Fabienne Marcel

L'inauguration de la LGV Paris-Bordeaux est prévue le 2 juillet 2017, mais elle risque tout de même de décevoir certains tourangeaux car, contrairement à ce que beaucoup espéraient, il n'y aura pas de liaison directe sans arrêt entre St Pierre des Corps et Bordeaux sur la future ligne à grande vitesse. Les passagers gagneront tout de même près d'une heure sur un St-Pierre-des-Corps-Bordeaux, par rapport à aujourd'hui.

Contrairement à ce qui avait été annoncé au début du chantier de la LGV, on ne pourra pas aller de St-Pierre-des-Corps à Bordeaux en 1H30, tout simplement parce qu'il y aura toujours un, voire deux arrêts entre les 2 villes.
Chaque jour, il y aura 10 trains entre St-Pierre-des-Corps et Bordeaux, et 9 trains dans l'autre sens, mais ces TGV marqueront un arrêt à Poitiers, ou à Angoulême, ou bien même à Poitiers et à Angoulême.

Concrètement, donc, on mettra 1H40 pour aller de St Pierre des Corps à Bordeaux lorsqu'il y aura un arrêt. 2H lorsque le TGV s'arrêtera à Poitiers puis à Angoulème. Ce n'est donc pas l'heure et demi espérée, mais c'est tout de même beaucoup mieux qu'aujourd'hui, ou il faut entre 2H 30 et 2H45 pour faire ce trajet. La LGV permettra donc de gagner jusqu'à une heure sur un St Pierre des Corps-Bordeaux. C'est plus d'un tiers de la durée actuelle du voyage.

Dans l'autre sens, entre Paris et St-Pierre-des-Corps, on sait depuis quelques mois déjà que l'arrivée de la LGV ne changera pas grand-chose puisqu'il y aura 14 dessertes par jour, comme maintenant.

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus