Affaire de pédophilie au Conservatoire de Tours : le chef de choeur s'est suicidé

Pierre-Marie Dizier, chef de choeur du conservatoire de Tours, accusé de viols et agressions sexuelles sur mineurs, s'est suicidé dans la nuit de samedi à dimanche à la maison d'arrêt de Tours. Sa disparition met fin à toute procédure judiciaire, un nouveau coup dur pour les victimes.

L'information a été dévoilée par nos confrères de la Nouvelle RépubliquePierre-Marie Dizier, chef de choeur du Conservatoire de Tours, s'est suicidé ce week-end à la maison d'arrêt de la ville, où il était écroué depuis février dernier pour viols et agressions sexuelles sur mineurs. Il a été retrouvé pendu avec ses draps à la fenêtre de sa cellule.

Pour Maître Bendjador, avocat de la famille de l'une des victimes, c'est une très mauvaise nouvelle, comme il le confiait à nos confrères, c'est la plus mauvaise issue qui soit :

Le suicide est toujours un échec, mais par l'arrêt du débat judiciaire qui en découle, la cicatrice sera beaucoup plus dure à refermer pour tous ces enfants qui ont eu le courage de dénoncer les faits.


Des faits extrêmement graves, précise l'homme de loi, qui regrette cette sensation d'inachevé, et ce sentiment d'injustice, ressenti par les familles.

Dans des cas comme ceux-ci, le débat judiciaire a des vertus curatives, il est important de verbaliser les choses, et là les victimes n'auront plus moyen de le faire.


Le scandale avait éclaté en février dernier, Pierre-Marie Dizier avait été mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineurs. Une affaire qui avait suscité énormément d'émotion :
Rappel des faits, février 2018



 
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité