Le drapeau arc-en-ciel sur la façade de la mairie de Tours volé, le maire dénonce "un acte lâche"

La Marche des Fiertés devait se tenir le 3 octobre à Tours. Annulée à cause de la situation sanitaire, la mairie avait tenu à afficher son soutien à la communauté LGBTQI+ en déployant un drapeau arc-en-ciel sur sa façade : ce dernier a été dérobé. L'acte a été revendiqué. Une plainte va être déposée

Un grand drapeau avait été déployé sur la façade de la mairie de Tours le week-end dernier.
Un grand drapeau avait été déployé sur la façade de la mairie de Tours le week-end dernier. © Ville de Tours.
"C'est un acte lâche qui n'entame en rien notre détermination à devenir une ville inclusive qui luttera contre toutes les discriminations". Les mots du maire de Tours Emmanuel Denis sont fermes, après le vol samedi dernier d'un drapeau arc-en-ciel, déployé sur la façade de l'hôtel de ville. Jeudi soir, il a confirmé à France 3 Centre-Val de Loire que la mairie allait porter plainte.

Ce "rainbow flag" avait été installé en soutien à la communauté LGBTQI+, qui devait se réunir le 3 octobre dernier, à l'occasion de la Marche des Fiertés. Annulée à cause du contexte sanitaire, une déambulation symbolique avait été organisée à la place afin que les militants et les élus puissent réaffirmer leur engagement dans la lutte contre les discriminations. Le mot d'ordre : "Notre visibilité contre ton agressivité."

"Personne n'est seul face aux violences"

Le Centre LGBTI de Touraine salue ce vendredi la position du maire de Tours et dénonce la "violence symbolique" de ce vol. 

Cet acte nous montre que l'on a toujours besoin des associations pour défendre les personnes discriminées. Dérober un drapeau, c'est dire que l'on refuse de les inclure et c'est un geste également très brutal pour l'ensemble des habitants de Tours. Notre lutte continue et nous souhaitons rappeler que personne n'est seul face aux violences.

Johan Posson, co-président du Centre LGBTI de Touraine

"Nous sommes très en colère", ajoute l'autre co-présidente Tatiana Cordier-Royer. "Cette action montre que nous sommes toujours des cibles, bien que la société française s'imagine que tout va bien pour la communauté LGBTQI+."

L'association envisage à son tour de porter plainte
. Le sujet sera discuté la semaine prochaine lors d'un conseil d'administration.

Un acte qui aurait été revendiqué par l'extême-droite radicale

Selon le journaliste Pierre Plottu, qui travaille pour les rédactions de Libération et de Slate, le vol du drapeau tourangeau aurait été revendiqué par un mouvement d'extrême-droite, avec photos à l'appui. Le groupe aurait également attaqué un local de militants d'extrême-gauche "antifa" à Angers deux jours plus tôt.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique lgbt+ société diversité homophobie