Fin de carrière pour l'une des rares sages-femmes à domicile de la région : 300 familles fêtent son départ à la retraite

durée de la vidéo : 00h02mn05s
Reportage de Julien Bernier et Philippe Tanger ©France télévisions

Après 43 ans de pratique, Isabelle Koenig, sage-femme, part à la retraite. Elle a assisté la naissance de 2 600 nouveau-nés dont près de 500 à domicile. 300 parents et leur progéniture sont venus lui rendre hommage ce 1er mai à Joué-lès-Tours.

Il est rare, dans le monde professionnel, que vos relations viennent vous rendre hommage pour votre départ en retraite. C’est pourtant ce qu’a vécu Isabelle Koënig, sage-femme à domicile, ce mercredi 1er mai au Château des Bretonnières à Joué-lès-Tours. Près de 300 familles étaient présentes pour saluer une carrière riche de 2 600 naissances, dont 486 à domicile ces 10 dernières années.

Près de 600 personnes, parents et enfants réunis 

À leur arrivée, chaque couple embrasse chaleureusement Isabelle. La sage-femme, âgée de 64 ans, s’empresse de prendre des nouvelles de l’enfant qu’elle a aidé à naître. Des sourires, des éclats de rire s’ensuivent, en témoigne le mot d’un papa sous ce temps pluvieux : "Même le ciel perd les eaux ! Bravo pour tout ce travail".

C'était une évidence pour moi

Camille Munier, maman de deux garçons nés au domicile

"Il y a des mamans qui ont accouché trois fois en 10 ans, donc ça a créé beaucoup de liens", explique Isabelle Koënig. "Ce choix de rester à la maison, d’avoir un accouchement dans notre cocon, c’était une évidence pour moi", raconte Camille Munier, mère de Nathan et Gabriel, deux garçons de 7 et 5 ans.

Une pratique méconnue et controversée

Donner la vie à la maison, c’est le choix d’un nombre restreint de familles. Dangereux pour certains, épanouissant pour d’autres, l’accouchement à domicile est possible si la grossesse ne présente pas de risque.

Même si la pratique reste peu répandue, 0,2% des naissances en France, un tiers des femmes se disent prêtes à le faire selon l’APAAD, l’association professionnelle de l'accouchement à domicile. Isabelle Koënig en est l’une des fondatrices. Elle constate que les freins sont nombreux alors que les demandes ne cessent de croître.

Elle explique : "C’est déjà l’hostilité de nos pairs qui sont agressifs envers nous. Cela dépend des régions, il y en a qui s’ouvre un petit peu et qui sont plus bienveillantes, c’est déjà ça. Ensuite la responsabilité que l’on porte, qui est fondamentale. Il y a la disponibilité, être disponible 24 heures sur 24, on ne prend pas beaucoup de vacances, donc, c’est comment je trouve le rythme pour tenir cet engagement".

En 2017, Isabelle a même connu la pire expérience de son parcours professionnelle. Elle a reçu un avertissement de la Chambre disciplinaire du conseil de l'ordre des sages-femmes, pour avoir mis en danger certaines jeunes mamans qui avaient choisi d'accoucher à domicile. Ses soutiens, dont l’association "Les bébés d’Isabelle", avaient alors dénoncé la remise en cause de l’accouchement à domicile alors même que cette pratique est légale et encadrée.

Dans la région, il ne reste désormais qu’une seule sage-femme qui propose l’accouchement à domicile, elle est également basée en Indre-et-Loire. En France métropolitaine, il demeure 105 praticiennes.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité