Les gestes à adopter pour éviter l’intoxication au monoxyde de carbone

Les intoxications au monoxyde de carbone arrivent avec l’utilisation accrue des cheminées. Chaque année, près d’un millier de personnes sont hospitalisées pour cette raison. Olivier Bossard, chargé de la prévention des risques, détaille les gestes à adopter pour les éviter. 
 

Deux femmes d’une cinquantaine d’années ont été intoxiquées au monoxyde de carbone ce dimanche 22 novembre à Saint-Paterne-Racan, au nord de Tours (Indre-et-Loire). Hospitalisées au CHU d’Angers, leurs jours ne seraient plus en mis en danger selon nos confrères de France Bleu Touraine

Un fait loin d’être isolé. En effet, les intoxications au monoxyde de carbone arrivent au retour de l’hiver avec l’utilisation accrue des radiateurs et des cheminées. Chaque année en France, près d’un millier de personnes sont hospitalisées pour cette raison. Une centaine d’entre elles n’y survit pas en France et une dizaine en Indre-et-Loire.

Le capitaine Olivier Bossard, chargé de la prévention des risques de sécurité civile au sein de la direction départementale des services d'incendie et de secours d’Indre-et-Loire, revient pour nous sur les gestes à adopter pour éviter ce genre d’intoxication.

  • Qu’est-ce que le monoxyde de carbone ?

Olivier Bossard : C’est un gaz asphyxiant, incolore et inodore, très toxique. Il peut empêcher l’oxygène de se fixer dans notre sang et il est donc potentiellement mortel.
  • Quels sont les signes d’une intoxication au monoxyde de carbone ?

Olivier Bossard : Il existe trois niveaux. L’intoxication faible se traduit par des maux de tête et des nausées. L’intoxication moyenne provoque des vertiges, des étourdissements voire des vomissements. L’intoxication aiguë peut quant à elle entraîner une perte de connaissance et des convulsions.
  • Que faire en cas de contamination ?

Olivier Bossard : Il faut immédiatement aérer la pièce en ouvrant les portes et les fenêtres, quitter les lieux et appeler les pompiers (18) ou le SAMU (15). Et surtout ne réintégrer les locaux qu’après vérification de la qualité de l’air par un professionnel.
  • Comment éviter ce genre de situation ?

Olivier Bossard : Malgré le froid de l’hiver, il faut aérer et ventiler une habitation au moins 10 minutes par jour pour renouveler l’air. Il faut régulièrement vérifier et entretenir les appareils de chauffage : chaudière, chauffe-eau, cuisinière. Faire ramoner les cheminées, éviter de les surcharger et d’y faire brûler du bois peint. Ne pas utiliser de chauffage d’appoint plus de deux heures de suite et surtout, ne jamais installer de groupe électrogène en intérieur.

Il est également possible d’installer chez soi un détecteur de monoxyde de carbone, à ne surtout pas confondre avec un détecteur autonome de fumée. Pour rappel, en cas de feu dans une pièce, il faut au contraire confiner la pièce en fermant les portes.