Indre-et-Loire : un homme de 24 ans tué à l'arme blanche dans une maison à Château-Renault

Ce samedi 4 septembre, un homme de 24 ans est décédé après avoir reçu plusieurs coups de couteau au cours d'une rixe avec un autre homme dans une maison rue Ernest Bellanger à Château-Renault en Indre-et-Loire. L'auteur présumé des faits a été placé en garde à vue du chef d'homicide volontaire.
La brigade de gendarmerie d'Amboise est intervenue ce matin accompagnée de gendarmes de Monnaie et de Château-Renault.
La brigade de gendarmerie d'Amboise est intervenue ce matin accompagnée de gendarmes de Monnaie et de Château-Renault. © Mourad ALLILI / MAXPPP

Ce matin, rue Ernest Bellanger à Château-Renault en Indre-et-Loire, de nombreux gendarmes ont bloqué la rue près de l'église pour procéder à des investigations criminelles dans une maison indiviuelle. 

La brigade de gendarmerie d'Amboise était mobilisée accompagnée de gendarmes de Château-Renault ainsi que de Monnaie. 

Le meurtre a eu lieu dans une maison individuelle de la rue Ernest Bellanger à Château-Renault en Indre-et-Loire ce samedi 4 septembre vers 5h30.
Le meurtre a eu lieu dans une maison individuelle de la rue Ernest Bellanger à Château-Renault en Indre-et-Loire ce samedi 4 septembre vers 5h30. © Capture Google street View

Plusieurs plaies à l'arme blanche

Peu après 14h, le procureur de la République de Tours, Grégoire Dulin, a communiqué les premiers éléments de l'enquête : 

"Selon les premiers éléments de l'enquête, vers 5 h 30 (ce samedi 4 septembre) à Château-Renault, les services de gendarmerie était avisés d'une rixe entre deux individus de sexe masculin dans les parties communes d'une copropriété. A leur arrivée, la victime née en 1997 présentait de nombreuses plaies à l'arme blanche. Elle était transportée à l'hôpital où son décès était constaté".

L'auteur présumé des faits a été placé en garde à vue

L'individu désigné par des témoins comme étant l'auteur des faits a été interpellé sur les lieux des faits et placé en garde à vue du chef d'homicide volontaire.

Le procureur de la République précise : "Né en 1987, il est connu des services de gendarmerie et a été condamné à plusieurs reprises par le tribunal correctionnel".

Les investigations sont en cours pour déterminer les circonstances de ce meurtre et en connaître le motif. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société