“La lumière....ça fait du bien” : À Tours, le soulagement de Christophe Lapouge, acteur du Tour de France

La caravane publicitaire sur la "plus belle avenue" au monde / © Novabox
La caravane publicitaire sur la "plus belle avenue" au monde / © Novabox

L'annonce du maintien de l'événement a été accueillie avec soulagement par Christophe Lapouge. En 2020, son agence accompagnera 6 grandes marques sur la Grande Boucle, mais aussi 170 personnes au sein de la caravane publicitaire et pour ASO (Amaury Sport Organisation).

Par Benoit Bruere

C'est un des acteurs majeurs au sein de la caravane publicitaire du Tour de France. Christophe Lapouge, directeur d'une agence d'événementiel, est soulagé et déterminé depuis l'annonce du maintien de la plus grande course du monde. Un événement qui représente pour l'agence Novabox, basée à Tours et Paris, 20% du chiffre d'affaires annuel. Mais au delà de l'aspect financier, cela va permettre à ses équipes de se projeter à nouveau, alors que la compétition était sous la menace d'une annulation.
 
  • Comment avez-vous réagi à l'annonce du maintien du Tour de France ?
C'est une très bonne nouvelle pour le monde événementiel et le monde sportif. On peut enfin se projeter et repartir sur de bonnes bases, même si les choses ne vont pas être faciles. C'est un signal fort pour le métier, la filière événementielle. C'est très positif. Ce sera l'événement important de la rentrée. Ce sera bon pour le moral des Français.
 
  • Etes-vous soulagé ?
Oui bien sûr. C'est un nouveau signal pour nous dire "on repart" envoyé par les institutions et ASO (Amaury Sport Organisation). Psychologiquement cela fait beaucoup de bien dans un secteur événementiel et sportif très touché par la crise sanitaire.
 
  • Pour vous, quelles sont les conséquences de ce décalage ? 
L'annonce est positive mais c'est vrai que cela va être plus compliqué. Il faut réorganiser les équipes : j'avais des chefs de projets prévus sur d'autres événements en septembre. On repart de zéro ou presque, car il faut recontacter tous les hôtels, les restaurants. Au niveau de l'agence, septembre est habituellement un mois important en terme d'actualité et de business. On va avoir une grosse vague de travail et de responsabilités. Mais au contraire, on préfère évidemment avoir beaucoup de travail plutôt que d'être à l'arrêt total.
 
  • Justement, la période que vous vivez est très difficile à vivre ?
On a encore peu de visibilités sur la fin de l'année mais ça devrait repartir. J'ai une équipe de 20 personnes qui va devoir repartir à bloc en juillet et août. Nous sommes comme dans l'hôtellerie, la restauration et le tourisme : notre activité s'est arrêtée brutalement. C'est "flat" (terme anglais qui signifie "à plat" pour dire que l'activité est nulle).
Christophe Lapouge, fondateur et directeur de Novabox / © Novabox
Christophe Lapouge, fondateur et directeur de Novabox / © Novabox
  • Pour en revenir au Tour, comment réagissent les marques présentes dans la caravane publicitaire ?
On va voir avec nos partenaires que nous accompagnons. L'agence Novabox accompagne six grandes marques (Krys, Logis, Antargaz, Orange, Cofidis...). Nous allons regarder s'ils conservent le même niveau d'engagement. Mais il y en a qui ne repartiront probablement pas à 100 %.

En tout cas, c'est une très bonne nouvelle que la Grande Boucle se dispute. J'ai envoyé un SMS à Christian Prudhomme (Le directeur du Tour de France) en le remerciant d'avoir tout fait pour maintenir l'épreuve en 2020, en collaboration avec l'Etat et les collectivités. Mais surtout pour le remercier d'avoir transmis un message d'espoir à tous les acteurs du Tour et aux Français. Il m'a répondu "merci".
 
  • En septembre, à la fin de l'été, c'est une bonne option ?
Ils n'avaient pas trop le choix. C'est un beau compromis comme l'a dit Christian Prudhomme. Il fait encore beau et la saison touristique sera terminée, donc on va soutenir les hôteliers et les restaurateurs partout où l'on passera (NDLR : la caravane du Tour de France, c'est environ 5000 personnes qui se déplacent chaque jour).

En août, on aurait concurrencé le tourisme directement. Après, je pense que ceux qui vont y participer vont vivre un grand moment. L'état d'esprit sera hyper positif, ce sera un moment unique. Un truc mémorable et une chance d'y participer malgré tout. Même s'il y aura moins de monde sur les routes et moins d'effervescence que d'habitude, forcément. Ce n'est pas une resurrection, mais tu vois enfin de la lumière après avoir eu la tête sous l'eau.... ça fait beaucoup de bien.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus