Mineurs étrangers isolés : Utopia 56 à Tours lance une campagne de dons pour héberger des jeunes dans une maison

À Tours, l'association Utopia 56, qui aide les mineurs non accompagnés, lance une campagne de dons pour louer une maison et héberger de manière pérenne les adolescents étrangers qui en ont besoin. Depuis le confinement, 20 d'entre eux sont logés à l'hôtel par le 115.

L'association Utopia 56 à Tours accompagne des jeunes migrants isolés. (Photo d'archives août 2019)
L'association Utopia 56 à Tours accompagne des jeunes migrants isolés. (Photo d'archives août 2019) © Utopia56

“C’est un projet que l’on a en tête depuis quelque temps… On espère trouver une maison au 1er août !” Angelo Fiore est coordinateur de l’association Utopia 56 à Tours, qui accompagne les jeunes étrangers non reconnus mineurs. Depuis le 10 juin, lui et les bénévoles ont lancé une collecte solidaire pour louer une maison et accueillir ces jeunes à moyen terme. “En 24 heures, on est déjà à plus de 60 % de la collecte !”, se réjouit le jeune homme.

Un réseau d'hébergeurs pas suffisant

En quatre ans d’existence, c’est plus de 1 100 jeunes qui ont reçu un accompagnement social et juridique de l’association tourangelle. Quand leur minorité est contestée par le conseil départemental et qu’ils souhaitent lancer un recours pour passer devant un juge des enfants, ces jeunes doivent attendre six mois à un an avant leur audience.

Période durant laquelle Utopia 56 leur propose d’être logés chez des familles bénévoles. Mais le réseau d’hébergeurs n’étant pas suffisant, certains jeunes vivent dans un squat ou, depuis l’épidémie de Covid-19, dans des hébergements d’urgence proposés par l’État.

10 000 euros de cagnotte solidaire

À l’instauration du confinement, 20 des 44 jeunes accompagnés à Tours se trouvaient notamment au squat du plan B, un grand local désaffecté de la rue Deslandes. “Il n’y a qu’une seule douche et un seul WC, ce n’était vraiment pas idéal et c'est illégal”, explique Angelo Fiore. Ces jeunes ont très vite été accueillis dans des chambres d’hôtel, orientés par le 115. Si cet hébergement d’urgence a été exceptionnellement prolongé jusqu’au 30 juin, l’équipe d’Utopia 56 s’inquiète pour eux. Alors, louer une maison pourrait être une solution plus pérenne.

L'objectif à atteindre pour donner naissance à ce projet : 10 000 euros - chaque don est doublé par le Fond de dotation Qualitel - pour payer le loyer, les charges, les travaux et une partie de l’ameublement et ainsi héberger 16 jeunes et un bénévole ou salarié de l’association. Une idée inspirée de l’antenne parisienne d’Utopia 56 à Paris qui met à disposition, depuis plus d’un an, une petite maison à Épinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, pour une dizaine de jeunes hommes étrangers. “Ça marche très bien là-bas alors on s’est dit, pourquoi pas essayer à Tours ?”

Si l’équipe de bénévoles a contacté plusieurs agences immobilières et propriétaires, elle n’a pas encore trouvé la perle rare : 5 chambres, 2 salles de bain et 2 WC, et situé à Tours ou dans une ville accessible en transport en commun.

Quand ce projet verra le jour, les jeunes auront la possibilité de résider dans cette maison jusqu'à la fin des démarches administratives ou de rejoindre le réseau d'hébergeurs afin d'être accueillis en famille jusqu’à l’issue de leur recours. “On reçoit beaucoup de soutien pour ce projet, on espère pouvoir accueillir ces jeunes qui en ont besoin rapidement !”, conclut Angelo d'Utopia 56.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration vie associative
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter