Le mouvement "Youth for Climate" a 1 an, après la première marche pour le climat en 2019, les jeunes se mobilisent moins

Le 15 mars 2019, ils étaient plus de 2 000 lycéens et étudiants à marcher dans les rues de Tours à l’occasion de la mobilisation internationale pour le climat. Un an plus tard, le mouvement s’est essoufflé. Pas de quoi entamer le moral du collectif local Youth for Climate.

06/03/2020 - Belgique - Une marche pour le climat à Bruxelles à l'appel de différentes associations et groupes.
06/03/2020 - Belgique - Une marche pour le climat à Bruxelles à l'appel de différentes associations et groupes. © Nicolas Landemard /MAXPPP
"On a perdu énormément d’activistes au fur et à mesure de nos marches", regrette Nicolas Mercier, 17 ans. "Mais le mouvement est toujours là et nos revendications aussi." Lycéen en terminale, Nicolas est l’un des porte-paroles du mouvement Youth for Climate Tours. Depuis la première marche pour le climat du 15 mars 2019, où 2 000 lycéens et étudiants étaient présents pour demander des actions concrètes contre le réchauffement climatique, le mouvement s'essoufle. La dernière mobilisation, contre Black Friday, a rassemblé seulement quelques centaines de participants.
   

Un "effet de mode"


"Tout le monde était d’accord pour dire qu’il fallait sauver la planète et le crier pendant les marches", constate le jeune homme qui explique l’essoufflement du mouvement par un "effet de mode" avant de poursuivre :

Dès lors où l’on propose des solutions concrètes comme arrêter d’acheter des produits à usage unique ou de consommer McDonald’s, il n’y a plus personne. Pourtant, ce sont ces alternatives qui permettent d’agir à sa propre échelle.


"Depuis le début du mouvement, beaucoup ont quitté le lycée et la ville, et suivent des études qui ne leur permettent pas d’agir", cherche à expliquer Nicolas. Pour lui, le nombre de participants en baisse n'est pas ce qu'il faut retenir du mouvement et met en avant le réel intérêt des jeunes pour le climat qui s’est développé à l’échelle mondiale face à l’inaction politique.
 

Dans la rue le 13 mars

"La sphère politique ne s’intéresse toujours pas suffisamment à l’écologie", déplore le jeune homme. "Que ce soit sur le plan national ou européen, aucune décision concrète et rapide n’a été prise depuis le début de notre mouvement." Pour cette raison, Youth for Climate organise une nouvelle mobilisation dans une cinquantaine de villes en France ce vendredi 13 mars. À Tours, la marche "Un an rime avec changement !"  partira de la place Jean-Jaurès à 9 heures.
Il y a un an, le 15 mars 2019, les lycéens et étudiants se sont mobilisés en masse à Tours.
Il y a un an, le 15 mars 2019, les lycéens et étudiants se sont mobilisés en masse à Tours. © Grégoire Alcalay / France Télévisions

Si la date anniversaire du mouvement coïncide avec le premier tour des municipale, les jeunes veulent rester prudents. "À Tours, et même en général en France, les candidats font du greenwashing politique, c’est-à-dire qu’ils montrent une image engagée pour le développement durable. Dans les faits, il n’y a rien. Mais faire une marche à la veille des élections peut nous permettre de montrer qu’on attend les candidats au tournant !"

> Des marches pour le climat sont également organisées à Orléans, Bourges et Châteauxroux.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
climat environnement réchauffement climatique jeunesse société