Paris 2024. L'image du handicap et du sport a-t-elle évolué grâce aux Jeux Paralympiques ?

Année olympique oblige, les Assises du Journalisme de Tours se déclinent cette année sur la thématique "le journalisme, c'est du sport". Et quid du parasport ? Deux athlètes de haut niveau, habitués des Jeux Paralympiques évoquent l'évolution des regards sur cette pratique sportive, dans un atelier baptisé "Parasport : le sport retrouvé ?".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Dans quelques semaines, la France accueillera les Jeux Olympiques et Paralympiques d'été. Cent ans que cela n'était pas arrivé", rappelle Jérôme Bouvier, président de Journalisme et Citoyenneté, dans sa présentation des 17èmes Assises Internationales du Journalisme de Tours.

"34 000 journalistes sont attendus pour couvrir l'évènement, dont l'audience est estimée à 4 milliards de téléspectateurs. 34 000, pour prendre la mesure de l'engouement, c'est à quelques unités près le nombre de journalistes titulaires de la carte de presse en France."

4400 athlètes attendus pour les Jeux Paralympiques de Paris

Et c'est la première fois que la France reçoit, du 28 août au 8 septembre 2024, les jeux paralympiques d'été ! Près de 4400 athlètes, issus de 182 nations vont s'y donner rendez-vous. 3000 journalistes accrédités, 3,4 millions de spectateurs attendus, est-ce à dire que le handisport aurait d'ores et déjà gagné la partie, renversé tous les préjugés et conquis la visibilité qu'il mérite ?

Dans un atelier consacré au handisport lors des Assises du Journalisme, ce mercredi 27 mars, Julien Soyer et Ryadh Sallem tentent de répondre à cette question. L'un est un ancien pongiste handisport, médaillé d'argent paralympique par équipe à Sidney et Atlanta, aujourd'hui journaliste sportif pour Ouest-France. L'autre s'est illustré en natation, basket-fauteuil et aujourd'hui rugby-fauteuil, participant à 6 éditions des Jeux Paralympiques !

Pour Ryadh Sallem, "c'est avec Barcelone 92 que la donne a changé. C'est la première fois que les Jeux Paralympiques ont eu lieu dans la même ville, dans les mêmes infrastructures, et à la même période, à 15 jours d’écart, que les JO. Jusque-là, il n'y avait pas de connexion, il s'agissait de deux mondes parallèles. Cela a vraiment enclenché une dynamique pour les Jeux Paralympiques. Avec Pékin 2008, chaque ville candidate a été tenue d'organiser les deux évènements, l'accessibilité a été vraiment prise en compte. Avant, c'était du bricolage..."

Ce sont les Jeux de Londres 2012 qui ont été une révolution, d'un point de vue strictement politique et médiatique. On a assisté à des scènes incroyables, les stades étaient bondés, je suis allé voir le paracyclisme sur piste et n'ai pas trouvé de place assise ! Il y avait une ambiance incroyable, c'était bouleversant. Je ne pensais pas qu'on atteindrait un jour un tel engouement pour des Paralympiques.

Julien Soyer, ancien pongiste handisport, médaillé d'argent paralympique par équipe à Sidney et Atlanta

Il note aussi que les Jeux d'Hiver ont souvent servi de laboratoire pour les Jeux d'été, avec, par exemple, la première diffusion de Jeux Paralympiques en direct par France TV à Sotchi, en 2014.

Diffusion des 22 disciplines des Jeux Paralympiques

Qu'en sera-t-il en 2024 ? Selon Guillaume Papin, journaliste à France TV, des records devraient être battus :

"Les 22 disciplines des Jeux Paralympiques seront, pour la première fois, toutes filmées et toutes diffusées. Paris 2024 marquera ainsi une sacrée avancée sur la reconnaissance, la visibilité et l'égalité de traitement. Les mêmes journalistes commenteront aussi JO et JP, là encore, c'est une première. Il y aura 24 consultants, pour autant de journalistes."

En vieil habitué des Jeux Paralympiques, Ryadh Sallem ne peut que se réjouir de cette évolution :

Je fais partie de ceux qui se sont battus pour faire venir FranceTélé à Atlanta en 1996, après cela, on a lancé une pétition pour la médiatisation du parasport. Vous ne pouvez pas vous imaginer le bonheur que c'est de voir, de son vivant, ses combats aboutir !

Ryadh Sallem, athlète parasport, rugby-fauteuil

Julien Soyer fait preuve du même optimisme :

"Les Jeux Paralympiques 2024, c'est plus de 4000 volontaires, des équipes entières de la SNCF, de la gendarmerie, de tous les grands corps de la Nation qui vont être formés à l'accueil des personnes en situation de handicap. Forcément, le regard va changer, cela ne peut qu'évoluer dans le bon sens, avec une banalisation de la situation de handicap."

"Dans l’après Jeux Paralympiques, il y a bien sûr l'accessibilité du bâti, la prise en compte des mobilités, reprend Ryadh Sallem. Mais il y a surtout l'accessibilité des esprits ! Les gens ne voient plus le handicap de la même manière, c'est ça le plus bel héritage. Si le regard change, on sauve des vies, quand quelqu'un arrive à sublimer sa vie par le sport, il y a une ouverture, on rend l'avenir accessible !"