PHOTOS. Running Loire Valley : revivez les meilleurs moments et costumes des 10 km, 20 km et du marathon de Tours 2021

Le Running Loire Valley édition 2021 se tenait ce dimanche 26 septembre à Tours. Deux ans après la dernière édition, les athlètes ont donné le meilleur d'eux-mêmes. Dans leurs performances et leur volonté de fer évidemment, mais aussi, pour certains, dans l'originalité stylistique.

On the road again ! Après l'annulation de l'édition 2020 pour cause de pandémie, le Running Loire Valley faisait son retour ce dimanche 26 septembre à Tours. Une course cuvée 2021 où, en plus des traditionnels 10 et 20 km et du marathon, une nouvelle épreuve faisait son apparition : le 10 km en marche nordique.

Dès 8h, les marathoniens se sont échauffés avec joie sur la place Anatole-France, lieu de départ de chacune des quatre courses. Les athlètes handisport ouvrent le bal, avant le reste des concurrents, répartis en salves selon leur performance attendue. 

Commun aux 20 km et au marathon, le circuit des 10 km se dirige vers la rive droite de la Loire par le pont Napoléon. Longeant les quais jusqu'à l'abbaye de Marmoutier, le parcours emprunte ensuite les pistes de la Loire à Vélo jusqu'au pont Mirabeau. L'occasion d'admirer le matin levant sur la Loire et sur la cathédrale de Tours.

La Loire derrière eux, les 800 marathoniens se sont engagés dans les ruelles du Vieux Tours, où les passants commencent à se manifester plus ou moins bruyamment. "Allez faites du bruit !", s'égosille un coureur, quelque peu déçu par l'ambiance parfois calme des bords de piste. Heureusement, place du Grand Marché, sous la carrure imposante du "Monstre", une fanfare sonne l'air de 1 km à pieds, ça use, ça use

Dès lors, les marathoniens s'éloignent de plus en plus de Tours, rejoignant le Cher au sud. Le circuit du Cher à vélo les fait passer par Ballan-Miré, Savonnières et Saint-Genouph avant le retour dans le Vieux Tours par La Riche. Côté costumes, on aura pu croiser Tarzan et Jane, ainsi que Jésus en plein chemin de croix. 

Mais en attendant, d'autres coureurs ont décidé d'en découdre. 350 marcheurs nordiques se sont élancés à 8h30, direction l'île Simon, les bords de Loire et le parc de la Perraudière, avant l'arrivée prévue sur l'île Aucard.

Toujours place Anatole-France, 4 000 sportifs ont attendu impatiemment le départ des 10 km, épreuve reine de la journée, la plus populaire. Premiers départs : ceux des athlètes handisport, vivement acclamés par la foule. Avant que, à 9h15, le départ pour les autres concurrents soit tiré par Emmanuel Denis, le maire de Tours.

Julien Casoli, athlète handisport fraîchement rentré des jeux de Tokyo, signe une course éclair et écrase la concurrence. "J'ai tapé du début à la fin", explique-t-il après la course, estimant que le parcours était "compliqué, avec beaucoup de relances". Au classement général, le vainqueur est Mohammed Benyettou, hauteur d'un temps canon de 29 minutes et 29 secondes. Première femme, Samira Mezeghrane-Saad est 19e du général avec 33 minutes et 47 secondes.

Et pendant que certains arrivent, d'autres partent. Car, pour éviter un embouteillage en temps de Covid, les organisateurs ont divisé en deux le départ. La deuxième vague de coureurs s'est élancée à 10h, croisant, rue des Tanneurs, les athlètes qui bouclent leurs 10 km. 

L'occasion de faire un petit point sur les traditionnels costumes, trop peu nombreux pour transformer la course en carnaval, mais assez pour susciter la dose d'amusement nécessaire. Vous reconnaîtrez Batman et un ananas, mais les chanceux ont aussi pu croiser Thor bien loin d'Asgard, une coccinelle trop proche du sol, ainsi qu'un vieux loup de mer en marinière et monté sur roulettes. 

Au même moment, les premiers courageux finissaient leurs 42,195 km après avoir longé le Cher, aller-retour. L'Ethiopien Tura Kumbi Bechere termine à la première place du marathon, en 2 heures, 27 minutes et 54 secondes. Le tourangeau Yoseph Goasdoue s'empare de la 3e place.

Du côté des marcheurs nordiques, c'est le Breton Laurent Boucher terminer son tour en 1 heure, 7 minutes et 13 secondes, avec plus de 2 minutes d'avance sur son dauphin.

11h15 sonne : c'est l'heure des 20 km. 2 000 courageux ont tenté l'aventure, avec un parcours similaire au 10 km, avec une boucle en plus pour que le compte kilométrique soit bon. 

Une belle balade à l'horizon : les coureurs ont pu profiter d'une visite privée de l'ancienne abbaye de Marmoutiers. Un joli décor encore ensoleillé, avant la puissante averse qui a arrosé les coureurs encore en lice aux alentours de 13h.

Place Anatole-France, la deuxième salve de coureurs du 10 km arrive petit à petit. Comme si de rien n'était, Blanche-Neige et un dinosaure passent la ligne d'arrivée.

Au total, près de 7 000 participants ont pris place sur la ligne de départ ce dimanche 26 septembre pour ce premier Running Loire Valley de l'ère Covid-19. Où, évidemment, le pass sanitaire était nécessaire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
marathon de tours sport course à pied patrimoine culture