Procès de la madeleine mortelle : l'affaire devant la cour d'appel d’Orléans ce mercredi 6 décembre

Yvette Brisset, résidente de 92 ans dans un Ehpad de Touraine, avait été retrouvée morte dans son lit le 13 mai 2019, des morceaux de madeleine dans la bouche.

Les gâteaux avaient été apportés par l'accusé, un pompier à la retraite. Ce dernier avait été finalement acquitté en mai 2022. Le Parquet a interjeté appel du jugement. L'affaire est donc à nouveau jugée devant la cour d'appel d’Orléans du 6 au 8 décembre.

Une madeleine comme arme du crime. L'affaire n'est pas banale. Pour rappel des faits, le 13 mai 2019, Yvette reçoit la visite d'Alain J. dans sa chambre de l'Ehpad tourangeau où elle résidait depuis 2014. Alain J. lui a apporté des madeleines. Ce jour-là, l'homme, ancien pompier retraité avait pris soin de verrouiller la porte de la chambre. Un comportement qui avait suscité des interrogations chez le personnel soignant. Le décès de la vieille dame a par la suite été constaté à 19h20 par une infirmière ce même jour. Alain J. a donc été poursuivi pour meurtre avec préméditation. 

L'homme avait contracté un viager 

L'homme a toujours clamé son innocence depuis son incarcération en mai 2019. Vingt ans de réclusion avaient été requis par le parquet lors du premier procès. Après trois ans de détention provisoire, Alain J. avait été acquitté le 13 mai 2022.

Quelques jours plus tard, la cour d'appel d'Orléans va interjeter l'appel de son acquittement. Un nouveau procès s'ouvre ce mercredi 6 décembre et se tiendra jusqu'au 8 décembre pour permettre de présenter d'éventuels nouveaux témoins et de nouvelles preuves. Parmi les éléments qui avaient susité le doute lors du premier procès : l'homme avait contracté un viager en 1995 sur une maison de famille de la victime.