Tours : la faculté des Tanneurs toujours bloquée

Les étudiants opposés au projet de loi Vidal bloquent depuis mercredi matin la fac des Tanneurs. Occupations la nuit et blocages le jour. L'une des membres du collectif témoigne.
A Tours, la fac des Tanneurs est toujours bloquée
A Tours, la fac des Tanneurs est toujours bloquée © Dominique Pouget
La Fac des Tanneurs à Tours est toujours bloquée. Un mouvement qui dure depuis mercredi matin. Conséquence sur le site les cours n'ont pas lieu. "Ils sont délocalisés", explique Agnès Arendo, membre du collectif contre la loi Vidal. "Il n'y a pas d'administratif non plus", poursuit la jeune fille étudiante en première année de licence d'histoire.

Agnès, comme ses camarades, est très remontée contre le projet de loi Vidal. Un projet qui instaurerait selon ces étudiants une sélection à l'entrée des universités, remettant en cause l'accès à tous les bacheliers à l'enseignement supérieur.

C'est la privatisation de la fac assurée et l'augmentation des inégalités sociales dans l'éducation


Depuis février, une partie des étudiants, essentiellement venus des Tanneurs, a donc lancé la contestation.

(Photos d'archives, 2019). La faculté des Tanneurs bloquée par des étudiants qui protestent contre la loi Vidal
(Photos d'archives, 2019). La faculté des Tanneurs bloquée par des étudiants qui protestent contre la loi Vidal © Dominique Pouget


Dès mardi soir, une assemblée générale a ainsi regroupé environ 350 personnes et le blocage de la fac des Tanneurs a été voté pour le lendemain.
Un blocage reconduit aujourd'hui et qui doit se poursuivre demain vendredi.
"Dans la journée nous sommes  présents. La nuit aussi d'ailleurs", poursuit Agnès Arendo. Selon la jeune fille une trentaine d'étudiants occupent ainsi les locaux de la faculté à la nuit tombée.

Une pétition hostile au blocage

Sur la toile une pétition circule. Des étudiants de Tours opposés au blocage des Tanneurs. "On a fait beaucoup d'informations mais peu de monde venait nous voir. En tout cas les rédacteurs de la pétition eux ne sont jamais venus à nos débats ni à nos points infos". Et Agnès Arendo de rappeler qu'il existe une salle aux Tanneurs réservée au collectif. La salle 80 où l'on peut venir chercher des informations sur le projet de loi Vidal afin que chacun puisse se faire une opinion. 



Nouvelle AG demain

Demain​ matin vers 10 heures, les membres du collectif ont prévu d'organiser une manifestation dans les rues de Tours. Ensuite une assemblée générale sera organisée en début d'après-midi à 14 heures pour décider de la reconduction ou non du blocage.

Quant à l'avenir, Agnès y réfléchit déjà. "A chaque mouvement social c'est toujours une minorité qui se bat au début. Une minorité qui réussit petit à petit à convaincre et à faire retirer des textes". 

© D. Pouget



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société social économie