Tours : un jeune détenu retrouvé pendu dans une cellule du quartier disciplinaire

Le corps d'un détenu de 23 ans a été retrouvé pendu dans sa cellule du quartier disciplinaire de la maison d'arrêt de Tours, en Indre-et-Loire. Une enquête a été ouverte par le parquet.
La maison d'arrêt de Tours, en Indre-et-Loire, où un détenu a été retrouvé mort le 15 septembre. Photo d'illustration
La maison d'arrêt de Tours, en Indre-et-Loire, où un détenu a été retrouvé mort le 15 septembre. Photo d'illustration © P. Deschamps / Maxppp
Il aurait dû sortir de prison en février prochain. Le corps d'un jeune homme de 23 ans a été découvert pendu dans sa cellule du quartier disciplinaire de la maison d'arrêt de Tours, comme l'ont révélé nos confrères de la Nouvelle République.
 

Une autopsie prévue le 17 septembre

Le matin même, le jeune homme, "très agité", selon le procureur de la République Grégoire Dulin, a vu un juge d'application des peines dans le cadre d'un débat contradictoire afin d'aménager sa peine de prison. Après une série d'incidents auprès des surveillants, le détenu avait fini par être placé dans une cellule du quartier disciplinaire, où son corps a été retrouvé une heure plus tard.

Une enquête a été ouverte par le parquet, qui annonce que l'autopsie du détenu devrait avoir lieu le 17 septembre. Après celle-ci, un juge d'instruction devrait être saisi "en recherche des causes de la mort", indique le procureur. "Le but c'est de faire toute la lumière et de permettre aux proches d'avoir accès à la procédure."
 

Condamné au mois d'avril

Placé sous bracelet électronique depuis janvier après une première condamnation, l'homme avait à nouveau été poursuivi au printemps pour outrages, menaces et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique et incarcéré 

Condamné en janvier dernier, il avait bénéficié d'un placement sous bracelet électronique. Il avait été à nouveau poursuivi et condamné au mois d'avril pour outrages, menaces et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, et incarcéré.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société faits divers